Tel que révélé à
Marshall Vian Summers
le 22 juillet 1988
aux USA

Nous considérons la déception comme une très grande occasion. Vous la rencontrerez certainement, car elle fait partie de la vie. Voyez-la comme un avantage, même si ce n’est pas toujours quelque chose que vous appréciez au départ. Les gens font de grands efforts pour l’éviter à tout prix, mais nous voulons vous encourager à ne pas tenter de passer à côté. Faites-y face. Laissez-la venir. Il y a des leçons que vous devez apprendre dans la vie et la déception en illustrera plusieurs. Nous n’incitons pas les gens à répéter leurs erreurs, bien sûr, mais certaines leçons vous attendent. Si vous savez en tirer parti, elles vous soulageront de certains fardeaux, de telle sorte que vous pourrez marcher avec légèreté dans la vie. L’effort d’éviter la déception est de loin un plus grand fardeau.

Nous ne contrôlons pas ce qui vous arrive, mais nous vous fournissons une occasion de l’envisager de manière telle que vous y trouverez une ouverture. Il y en a toujours une. Si vous ne pouvez saisir cela, c’est que vous essayez de faire de votre vie quelque chose d’autre. Quand vous vous lancez dans la poursuite de vos désirs, vous ne voyez que ce qui est pertinent à votre recherche. Ces quêtes, reconnues ou non, existent en chacun. Il arrive souvent qu’un très grand nombre d’entre elles restent inconscientes ; elles doivent vous être révélées. À partir de là, vous comprenez mieux votre comportement et pourquoi votre conscience est si sélective.

Ici, il devient évident que certaines choses vous ont échappé, peut-être depuis longtemps même ; elles étaient assez apparentes pourtant. Lorsque les gens découvrent qu’ils savaient déjà des choses, ils s’exclament : « Mais je savais cela depuis longtemps ! Je n’y avais juste pas pensé. » Vous l’aviez mis de côté, étant donné votre tendance à éliminer tout ce qui n’est pas pertinent à votre quête consciente. Pourtant, plusieurs de vos quêtes ne sont pas utiles à votre bonheur et à votre véritable mission dans la vie. Il est très difficile d’abandonner une quête qui nous est précieuse et que l’on perçoit encore comme étant un facteur positif. C’est là que la déception commence à prendre tout son sens. Elle vous ramène à votre moi essentiel. Vous ne vivez plus à la surface des choses.

Quand vous éprouvez une déception, tendez vers l’acceptation. C’est le premier point clé. Ne luttez pas contre celle-ci. Déjà là, vous en ressentirez du soulagement. Le deuxième point clé est la vigilance – être alerte par rapport à ce qui se passe. Le troisième point consiste à conserver une ouverture face à la situation. Le quatrième, à faire le deuil de la perte, et le dernier, à passer à l’action. Maintenant, abordons chacun de ces points.

Quand les choses ne se passent pas comme vous les aviez planifiées, ou comme vous le vouliez, et qu’il y a même une possibilité qu’elles ne se produisent pas du tout, la déception s’installe. Toutefois, si vous acceptez cette situation, vous pouvez vous distancier de l’expérience et vous faire observateur de votre environnement, de la situation en cours et de votre propre réponse. Cela génère immédiatement du pouvoir, car votre acceptation vous libère et vous donne la force d’endosser le rôle d’observateur. Vous devenez alerte [deuxième point clé]. Un des aspects les plus profonds et les plus importants de toute votre éducation, peu importe ce que vous faites dans la vie, c’est la vigilance. Elle paraît si banale que personne n’y songe quand il est question de développement personnel ou de formation spirituelle. On parle bien de conscience, mais conscience et vigilance ne sont pas interchangeables.

Quand vous êtes conscient, vous l’êtes rarement des choses qui vous entourent. Vous êtes plutôt conscient de vous-même en train de penser à ce qui vous entoure. Quand vous êtes vigilant, vous surveillez ce qui se passe autour de vous, vous observez, mais sans trop réfléchir. Si vous tentiez d’entendre une conversation venant de la maison d’à côté, vous y appliqueriez toute votre attention. Vous ne seriez pas là à vous questionner sur vous-même : « Comment je vais ? Je suis là à écouter une conversation qui se passe dans la maison voisine. Pourquoi suis-je ici, de toute manière ? Qu’est-ce qui se passe ? Je me sens drôle et mon corps me fait mal. » Voilà la différence entre vigilance et conscience. La conscience est très importante, mais la vigilance l’est encore plus. La personne connectée à la Connaissance est extrêmement vigilante, ce qui rend la vie très excitante.

Quand vous devenez trop conscient de vous-même et de votre mental, cela vous entrave et vous amène à une sorte de nombrilisme. C’est que vous accordez trop d’attention à quelque chose de fondamentalement confus. En outre, pour utiliser votre mental, vous devez en sortir. Autrement, vous êtes là à tenter de colmater les trous tout en gardant l’allure. Ou vous devenez comme une voiture toujours en mauvais état, que vous bricolez continuellement sans jamais vous en servir pour aller quelque part.

La vie conspire pour vous rendre alerte, car, jusqu’à ce que vous le soyez, vous ne verrez que les choses pertinentes à vos intérêts et à vos poursuites, et rien d’autre. Ainsi, votre système de référence reste bien trop limité pour vous permettre de comprendre la signification de votre vie et pour faire l’expérience du mystère qu’elle représente et l’apprécier. La déception est extrêmement précieuse, car elle vous rend alerte et vous force à sortir de votre structure mentale et de votre système de référence fixe.

Une fois l’acceptation et la vigilance intégrées en vous, vous pouvez commencer à observer ce qui se passe. Le troisième point clé consiste à rester ouvert malgré la déception Ceux d’entre vous qui ont suivi des cours et lu des livres sont très tentés de fournir immédiatement une explication : « Je sais pourquoi cela se passe. C’est pour cette raison, pour ceci ou pour cela. » Quand vous commentez, vous cessez d’être alerte. Vous redevenez suffisant par vos explications. Le fait de laisser la situation inexpliquée vous permet au contraire d’être alerte et exige que vous le soyez. Ainsi, vous êtes en mesure d’observer. La vie a votre attention.

Avant d’aller plus loin, expliquons comment les gens en viennent à être déçus. Comme nous l’avons précisé déjà, nous ne contrôlons pas les choses. Vous seul conspirez pour sortir de votre coquille. Vous seul choisissez des choses qui ne forcent pas le changement en vous. Pour quelle autre raison vous engageriez-vous dans des choses qui offrent si peu, si ce n’est pour vous amener à une place de véritable reconnaissance ? Plusieurs de vos quêtes sont très bien alignées sur votre véritable objectif, celui qu’il vous reste à découvrir. Mais plusieurs ne le sont pas. Dans cet ordre d’idées, le conflit et la friction vous serviront ; ils provoqueront la récognition nécessaire à la découverte.

Résumons. Nous avons l’acceptation, la vigilance, et la nécessité d’être ouvert et de s’abstenir de donner une explication. Ce dernier point effraie quelquefois, car, si aucune explication n’est disponible dans l’immédiat, les gens deviennent anxieux ; ils ont l’impression de perdre le contrôle. Mais c’est cette vulnérabilité qui fait en sorte que la vigilance a vraiment de la signification et qu’elle est efficace.

Puis vient le deuil de la situation [quatrième point clé]. C’est très bien de pleurer une perte, pas trop longtemps mais intensément sur une courte période. Le deuil est embarrassant et vous déprécie à vos propres yeux, mais il vous permet de passer à la prochaine étape. Souvenez-vous ! Si vous êtes alerte, vous pouvez savoir ce qui se passe, suivre chaque étape. C’est juste que vous n’avez pas d’explication pour le moment. Puis, vous en venez à l’action [dernier point clé], car chaque déception ouvre une nouvelle porte –peut-être une chose à laquelle vous n’aviez jamais pensé ou à laquelle vous aviez pensé au début de votre vie et qui est là maintenant à vous attendre, comme une nouvelle occasion.

Le deuil est particulièrement évident dans les relations humaines, car il y a tant de déception dans ce domaine. Là où il y a ambition, il y a déception. Nous ne voulons pas décourager vos ambitions. Au contraire, nous souhaitons qu’elles atteignent leur objectif. Bien des personnes veulent connaître le but de leur vie et la signification de leurs expériences et des événements qui se produisent autour d’elles. Mais vous ne pouvez percevoir ces choses à partir de votre mental. Vous devez aller plus en profondeur en vous.

Dans la pensée humaine, on retrouve un phénomène très intéressant où l’enfer est associé à l’inconscient et à des gouffres peuplés de démons vivant au milieu des flammes. L’analogie vaut également pour votre vie intérieure. C’est pourquoi certains individus et pouvoirs qui ont craint la vraie Connaissance des humains ont essayé de persuader ces derniers de s’en tenir à ce qu’ils percevaient à la surface de leur esprit. Nous vous encourageons à pénétrer profondément en vous, dans votre espace authentique, là où les choses peuvent être connues. C’est ce que nous entendons par Connaissance. Vos succès et vos échecs vous y conduiront si vous êtes vigilant, attentif et ouvert d’esprit.

Nous affirmons que vous attirez vous-même la déception dans votre vie et que vous choisissez les choses qui vont la causer. Alors, dites-nous : « Qui est ce vous qui conspire ainsi ? » Ce ne peut être le vous qui pense et organise votre vie. Celui-là ne vous laissera pas dévier de votre vraie découverte ; il vous mettra toujours de la pression. Vous ne serez jamais satisfait tant que vous n’aurez pas trouvé votre but dans la vie. Acceptez cela. Vous ne pouvez vous contenter de moins. Vous découvrirez votre objectif de vie lorsque vous vous serez suffisamment développé. Si vous négligez votre objectif, si vous l’évitez ou n’en tenez pas compte, vous connaîtrez un stress que personne ne pourra alléger. Ce n’est pas cruel. En fait, c’est l’essence même de la vie qui gère cela. Devenant le témoin de votre propre vie, vous constaterez la présence d’une force supérieure agissant comme un courant de fond. Vous la sentirez. Mais vous ne la comprendrez pas et votre philosophie sera incapable de l’expliquer.

La vraie formation spirituelle est très décevante. Pourquoi ? Parce que vous découvrez que vous devez laisser votre philosophie, votre idéalisme et vos espoirs à l’entrée du temple. Ceux qui discutent philosophie restent sur les marches extérieures, car à l’intérieur du sanctuaire, les débats n’ont aucun sens.

Voilà un enseignement dans la tradition de la Grande Communauté. Notre but est élevé. Nous ne garantissons rien de moins que la révélation de votre raison d’être, laquelle est purement une expérience à découvrir. Votre objectif consiste à la suivre et à lui permettre de s’exprimer en vous. C’est là l’objectif de chacun. Nous avons donc trois étapes ici : découvrir, suivre, exprimer. Quand vous voulez vraiment en apprendre sur le mystère de votre vie, et quand vous voyez que ce mystère est la source exclusive de tout vrai bonheur et de toute satisfaction réelle, vous découvrez que la déception fait aussi partie de l’expérience. Elle n’est pas aussi intense que le soulagement immédiat et la joie ressentie, mais elle est présente. Et avec cette déception vient le soulagement.

À présent, parlons un peu de paix, celle de l’esprit. La recherche de la paix est ardue. Vous êtes en paix quand vous n’êtes pas en guerre. Par conséquent, la paix est un état d’être. Ce n’est pas un état qui apparaît une fois tous vos désirs satisfaits. La satisfaction des désirs peut donner lieu à une excitation momentanée et au bonheur, mais ces états plaisants sont vite dissipés, car l’ardent désir qui habite votre moi véritable demeure sans réponse. Le bonheur qui vient avec la découverte de votre but est tellement plus grand que toute déception, qu’il l’absorbe littéralement en un instant. C’est un moment triste qui mène à un moment heureux. Comme si vous posiez finalement ce lourd fardeau que vous portiez. Puis, avec la paix viennent l’acceptation, la vigilance et l’ouverture d’esprit. Sans aucun besoin d’explication.

Cependant, nous devons traiter la paix comme un résultat, non comme un objectif. Si vous en faites un objectif, vous tenterez d’agir pacifiquement, de vous comporter ainsi et de masquer votre conflit. Cela prolonge le conflit et le rend plus difficile à résoudre. La paix est un résultat.

La paix est un état que très peu de gens ont atteint. Elle est si inexplicable. Par conséquent, pensez-y en termes de satisfaction, soit quelque chose que vous pouvez atteindre dans l’action ou le mouvement. Vous êtes incarné dans un monde en mouvement où tout se déplace, entre en collision et se mélange. Et pourtant, vous avez une raison d’être ici et un rôle spécifique à remplir.

Quand les gens sont profondément déçus, ils se tournent vers l’intérieur. Ils ralentissent, et Dieu les rattrape. Cela se vérifie partout dans l’univers. Vous n’êtes pas les seuls dans la Grande Communauté à rencontrer ces difficultés ; nous retrouvons les mêmes dans d’autres sociétés au-delà de votre monde. Ce n’est pas différent là-bas. Très peu d’individus ont acquis ou découvert la Connaissance. Alors, la meilleure approche sous-entend que vous acceptiez la déception et même que vous l’accueilliez. Si elle doit survenir de toute manière et si elle mène à un bonheur, à une certitude et à un sens élevé de but, de signification et de direction dans la vie, alors accueillez-la. Ainsi, vous aurez l’occasion de voir ce qui se passe vraiment. Notre présence commencera à avoir du sens à vos yeux. Nous n’avons qu’un seul but. Vous en avez plusieurs. Quand vos buts s’aligneront sur le nôtre, vous vous sentirez aussi intime avec nous qu’avec votre propre enfant, aussi proche qu’un frère ou une sœur.

Si vous vous blindez contre la déception, vous vous enchaînez ; votre préparation exige alors plus de temps et s’avère plus ardue. La souffrance est également plus présente. Pour mettre fin à la souffrance dans le monde, nous enseignons la réclamation de la Connaissance. Vous ne pouvez imaginer poursuite plus audacieuse et aventureuse. Comparée à cela, l’ascension de hautes montagnes est un jeu d’enfant. Vous ne pouvez trouver non plus implication plus profonde avec votre moi authentique, implication qui engage vos aptitudes les plus importantes. Vous devez vous honorer pour oser même considérer cette offre. Par contre, vous ne pouvez pas à la fois vous juger pitoyable et penser que c’est une poursuite digne de vous. Il doit y avoir quelque chose en vous de vraiment précieux qui vaille ce genre d’investissement de votre temps.

Vous disposez d’une grande assistance pour vous aider à alléger la souffrance. Ici, il est très important de comprendre que la souffrance et la déception ne sont pas du même ordre. Désirer quelque chose et ne pas l’obtenir n’est pas une souffrance ; c’est de la déception. Il y a souffrance lorsque vous désirez ardemment quelque chose qui ne peut être ou que vous ne voulez pas vraiment. Telle est la souffrance, accompagnée d’espoir et de déception. L’espoir vous renvoie à votre souffrance et la déception vous offre de vous en échapper.

Dans les temps à venir, le leadership spirituel appartiendra aux femmes surtout, car vous entrez dans l’Âge des femmes. Une partie de la restructuration de la société vise cet objectif, et cela se déroule naturellement. Par conséquent, beaucoup de femmes deviendront de vrais leaders. Mais déception pour elles, elles ne pourront pas toutes être accompagnées d’un partenaire de vie. Ces femmes, qui auront une véritable mission à titre de leaders spirituels, auront rarement un homme à leurs côtés. Cela fera partie de leur maturité. S’avancer seules, sans chaperon, dans une vie ayant plus de portée.

Les femmes désirent d’abord se trouver un partenaire de vie et ensuite aller à Dieu ; elles ne veulent pas faire pareille démarche sans accompagnement. Elles souhaitent avoir un homme pour s’assurer de ne pas être seules. Mais comment pourriez-vous l’être avec Dieu ? Être avec Dieu, c’est avoir tous les hommes à la fois. Se lamenter de l’absence d’un partenaire quand le cœur tend vers Dieu est signe de confusion. Par conséquent, ces femmes vont rencontrer la déception sur leur route. Pas de partenaire de vie ? Allez vers Dieu. Ne pleurez aucun homme. Allez vers Dieu. Ne vous contentez pas de croyance en Dieu ; ne devenez pas philosophes. Laissez Dieu et votre Famille spirituelle remplir votre vie. Dès lors, les choses commenceront à arriver.

Si vous vous languissez d’un homme et que la place reste vide, vous gaspillez votre vie. Aussi bien vous languir de quelque chose qui soit possible. Toutes les femmes ne seront pas accompagnées d’un partenaire, pas dans le sens habituel. Et pourtant, les femmes auront encore bien besoin des hommes pour être nourries en tant que femmes.

Dans la Grande Communauté, chez nombre de sociétés qui ont atteint un certain degré de sagesse, ce sont les femmes qui occupent les plus hautes fonctions exigeant du leadership. Les hommes gèrent la société et les femmes fournissent la Connaissance. Chez les races très semblables à la vôtre, c’est ordinairement le cas. Cette question du rôle des femmes est assez pertinente étant donné que votre monde et ses sociétés se préparent à émerger dans la Grande Communauté et à unifier leurs populations. Ce n’est pas juste une possibilité. Le processus est déjà amorcé.

Certaines femmes ayant une grande mission spirituelle à remplir doivent le faire sans exiger qu’un homme se tienne à leurs côtés. En d’autres termes, elles doivent endosser toute la responsabilité de leur mission. Si elles peuvent y répondre, la vie les nourrira grandement.

Avec la montée des femmes, les hommes se sentent assez impuissants et confus. Les femmes les surpassent de bien des manières. Mais elles ont aussi leurs faiblesses. Durant des siècles, elles ont porté la flamme de la spiritualité. Aujourd’hui, elles doivent en porter la responsabilité. C’est très différent. Elles seront capables de compassion envers les hommes, car elles verront les raisons des erreurs et des succès antérieurs de ces derniers.

C’est aussi l’époque de la Famille spirituelle. Voilà pourquoi il y a tant de ce genre de communication spirituelle. Les femmes répondront. La famille est leur domaine ; de là notre emprunt à cette terminologie. Des hommes très exceptionnels répondront aussi. La plupart se préoccupent de la bonne marche des choses physiques au quotidien, ce qui est déjà tout un défi. Les hommes ont beaucoup à faire. Nous le signalons parce que les femmes portent leur déception des hommes comme un grand joug, mais en réalité cette déception est une occasion pour elles de reprendre leur liberté.

Il peut se faire que vous ne pouviez avoir de partenaire avec vous. Et si aucun homme ne peut vous accompagner, vous devrez aller seule. Vous partez seule parce que vous le devez. Ainsi, vous honorez votre nature et la vérité en vous. Si un homme vient avec vous, c’est merveilleux. Si aucun homme ne vient, c’est également merveilleux. La personne qui va à Dieu y va seule. Elle se base uniquement sur le pouvoir de la Connaissance en elle. Nul ne sait à quoi ressemble l’expérience d’aller vers Dieu. Bien des gens souhaitent avoir l’air d’aller à Dieu alors qu’ils sont juste en train de créer une nouvelle strate sociale, de prétendre.

Aussi longtemps que les femmes seront disposées à répondre avec sincérité en elles-mêmes et à ne pas exiger que les hommes les accompagnent ou les attendent, elles pourront procéder. Vous ne choisissez pas la Connaissance parce qu’elle garantit que vous aurez toutes les choses que vous pensez devoir posséder. Vous choisissez la Connaissance parce que vous devez choisir la Connaissance. Vous venez en ce monde parce que vous devez le faire. C’est cela la Connaissance. Vous ne devez pas laisser votre petit moi dicter vos décisions ici.

Quand quelque chose de réel se passe ou qu’une véritable force spirituelle émerge dans la vie, vous éprouvez de la déception parce que ces situations font ressortir vos concepts. Vous ne pouvez pas être en relation jusqu’à ce que vous appreniez la déception, car tant que vous ne l’aurez pas apprise, vous vivrez les concepts que vous entretenez sur une personne au lieu de votre relation à cette personne. Pour connaître vos vrais maîtres intérieurs, vous devez dépasser vos concepts à leur propos et entrer dans une véritable relation intime et profonde.

Quand vous êtes déçu, laissez monter les émotions. Soyez-en témoin. Vous êtes plus grand que tout état émotif. Vos maîtres se tiennent à vos côtés pendant que vous traversez tout cela. C’est une période plutôt ennuyante pour eux, mais ils attendent une occasion et vous offrent une qualité d’amour et d’orientation que vous ne trouverez jamais dans le monde.

Fait intrigant mais compréhensible, même les élèves de Steps to Knowledge débattent encore la question de l’existence de leurs maîtres. Il est très dur d’être en relation avec quelqu’un qui passe tant de temps à se demander si vous êtes réel. Vous ne pouvez même pas entamer une relation. « Les maîtres sont-ils réels ? Sont-ils bons ? Dois-je tout abandonner pour être avec eux ? » Parfois, les gens dépassent tout ce questionnement et arrivent à voir que cette relation est aussi naturelle et normale que tout ce dont ils font l’expérience dans la vie, et même encore plus d’une certaine manière puisque les maîtres n’ont pas de forme. Ici, vous pouvez faire l’expérience de la relation dans son contexte le plus pur – pure affinité, pur transfert d’un esprit à l’autre.

Si, à la surface de l’esprit, vous délibérez sur tout, dans les profondeurs de l’esprit, vous connaissez tout. Cela vous apporte une connaissance du monde et vous place en position d’observateur. Vous avez déjà été suffisamment déçu pour ne plus rien vouloir du monde. Maintenant, vous pouvez commencer à savoir des choses de ce monde. Vous êtes également à même de contribuer, car vous pouvez tout donner comme il convient de le faire. Et si les choses ne se passent pas selon votre désir, cela ne vous cause aucun problème.

Nous ne nous faisons pas de souci pour le monde, mais nous souhaitons éliminer la souffrance. Voilà ce à quoi nous travaillons. Nous obtenons peu de succès pour le moment, mais nous sommes confiants, car la vérité vit avec nous. Vous devez vous trouver pendant que vous êtes incarné. Notre réalité démontre de belle manière que vous avez une vie au-delà de la vie physique, que la vie continue et que vous avez une raison de venir en ce monde.

Tout ce qui arrive d’authentique déçoit quelqu’un. Tout ce qui arrive de véridique déçoit aussi quelqu’un. Quelqu’un dit la vérité ; les autres sont déçus. Vous êtes déçu. Mais chacun est soulagé. Même quand il y a une perte réelle et de la déception, une porte s’ouvre, car dans cet état de perte, vous pouvez voir quelque chose de rarement visible autrement.

Les gens demandent souvent à communiquer avec des êtres chers décédés. Nous leur répondons : « Soyez dans un état de quiétude et ils seront là. Appelez-les et ils viendront – dans votre état permanent, là où vit la Connaissance. »

Si vous ne craignez pas la déception, même dans votre état d’esprit actuel, déjà vous venez de déposer la moitié de votre fardeau et vous serez capable d’embrasser la vie. Si vous êtes très obstiné, si vous exigez que votre vie aille d’une certaine manière, tout en étant ouvert à ce qui peut survenir, vous êtes déjà partiellement libéré. Par conséquent, si vous recherchez ce qui est vrai, préparez-vous à une petite déception. Et souvenez-vous toujours que votre déception sera momentanée et ténue à comparer au soulagement et au bonheur qui vous attendent.

Nous voulons parler d’une autre chose encore : le vide. Qu’est-ce que le vide ? Le vide, c’est être calme quand vous voulez être excité. C’est un moment où rien ne se passe. C’est la chose que les gens à votre niveau de développement éviteront à tout prix. Regardez votre monde et voyez combien il est bruyant, voyez son niveau de stimulation. Plus vous en avez les moyens, plus il y a de formes de stimuli à votre disposition, toutes visant à éviter ce moment de vide.

La déception vous apporte l’expérience du vide. Dans cet état, vous sentez combien tout vous effraie. C’est ce qui rend l’expérience si dure. Mais si vous allez de l’avant, toute cette peur se dissipe et vous vous mettez à aimer le vide. C’est comme un luxe. Les élèves de la Connaissance commencent à considérer la tranquillité intérieure comme un luxe, et elle l’est. C’est le luxe le plus gracieux que vous puissiez imaginer.

La déception vous y amène. Pour un instant, vous ne savez que faire. Si vous ne paniquez pas, vous verrez qu’il est possible de rester tout
simplement disponible, et ce moment deviendra très spécial. Quand des choses tragiques se passent, elles donnent lieu à de très grands moments dans la vie des gens. Les grands moments sont de grandes occasions. Si tout se passait comme vous le vouliez ou l’exigiez, les grands moments seraient durs à trouver.

Il y a un très grand but dans la vie, pour vous tous et pour nous. C’est monumental ! Par conséquent, nous apprenons aux individus à accéder à cette expérience de but et à cet état d’esprit. Plusieurs concepts sur les maîtres, les écoles, l’apprentissage seront sources de déception. Ce ne sont que des suppositions ; il ne s’agit pas d’un savoir issu d’une expérience réelle. Ils servent d’expédients temporaires pour vous faire avancer et vous amener à réfléchir.

Vous avez une mission dans la vie ; elle émanera de votre but une fois que vous vous serez suffisamment développé. Vous êtes là pour faire quelque chose de spécifique. Jusqu’à ce que vous trouviez de quoi il est question, vous essaierez sans cesse de changer votre nature, de vous changer vous-même, de réarranger vos priorités et de faire en sorte de mieux paraître. Pourtant, vous êtes fait sur mesure pour un rôle ; le problème, c’est que vous ne l’avez pas encore identifié. Et lorsque vous découvrirez votre mission, une profonde expérience d’acceptation de soi, d’amour vous enveloppera.

Laissez-nous vous dire une chose très intéressante. De nos jours, la vie au sein de la société moderne est tellement plus facile avec tout ce luxe offert. Cependant, il est plus difficile pour les gens de choisir la Connaissance. Ils prennent plus de temps à connaître la déception. Et il y a toujours de nouveaux frissons, de nouvelles expériences dans lesquelles se perdre, et quantité de distractions tandis qu’autrefois la vie physique n’était pas si enchanteresse. De nos jours, l’accès à l’enseignement est également plus facile. Vous pouvez lire nos paroles dans ce livre. Nous pouvons nous adresser à vous et vous pouvez nous écouter sans conséquences sérieuses, sans risque de vous faire blesser. Mais votre vie est tellement plus agitée ! L’expérience de la Connaissance est entièrement différente. C’est quatre-vingt-dix pour cent de tranquillité intérieure et dix pour cent d’action, non l’inverse.

Voilà pourquoi nous enseignons la Voie de la Connaissance. Nous ne voulons pas ajouter des choses à la vie des individus. Nous voulons en soustraire, comme une bonne douche qui emporte toute la saleté avec l’eau. Dans la Voie de la Connaissance, nous éveillons les gens à ce qui leur est absolument essentiel et nous ne plaçons pas beaucoup d’insistance sur quoi que ce soit d’autre. Par « essentiel », nous entendons ces choses fondamentales à votre vie extérieure. Nous nous concentrons sur ce qu’il est absolument primordial que vous fassiez. Cela vous procure la vitalité, l’harmonie et l’uniformité dans votre vie. Cela génère aussi le pouvoir puisque vous devenez plus centré et que le pouvoir vient de la concentration. Le pouvoir n’est ni bon ni mauvais. C’est le fruit de la concentration et, pour être concentré, vous devez simplifier votre vie. Par conséquent, la préparation exige une certaine réduction. C’est si simple, mais les gens n’y pensent jamais.

Que devriez-vous réduire ? Qu’est-ce qui est essentiel ou non ? Qu’est-ce qui prend votre temps et votre énergie ? Au cours de votre préparation, si vous passez vingt minutes par jour à vous concentrer sur le développement de la Connaissance, vous serez capable d’accomplir des choses remarquables. Mais pratiquer vingt minutes par jour est un accomplissement majeur pour beaucoup d’individus. Là est le problème. Ici, la solution devient très évidente quand on comprend le problème à fond.

Sous un certain aspect, votre but dans la vie consiste à découvrir ce qui est important. Une fois que c’est fait, vous savez à quoi vous consacrer. Jusqu’à ce que vous en arriviez là, consacrez-vous à ce qui importe le plus pour le moment, soyez ouvert et alerte, et permettez à la déception de se manifester. Ainsi, vous pourrez embrasser votre vie. « Me voici. Je suis ouvert. Mais je préfère que les choses soient comme ceci. » Pas de problème. Vous avez droit à vos préférences. Mais soyez ouvert. « J’espère que cette relation marchera ; sinon, libérez-m’en je vous en prie. » Pourquoi la déception existe-t-elle dans la vie ? Parce que vous rencontrez tant de choses sans importance sur votre route.