Tel que révélé à
Marshall Vian Summers
le 18 septembre 1987
à Dallas, Texas

About this Text

Ce que vous lisez dans ce texte est la transcription de la voix originale de l’Assemblée Angélique parlant à travers le Messager Marshall Vian Summers.

Ici, la communication originale de Dieu, qui existe au-delà des mots, est traduite en un langage et un entendement humains par l’Assemblée Angélique qui veille sur le monde. L’Assemblée apporte alors le Message de Dieu à travers le Messager.

Dans ce processus remarquable, la Voix de la Révélation parle à nouveau. La Parole et le Son sont dans le monde. Pour la première fois dans l’histoire, l’enregistrement de la révélation parlée originale est accessible pour que vous en fassiez l’expérience.

Puissiez-vous recevoir ce don de Révélation et puissiez-vous vous ouvrir à son Message unique pour vous et pour votre vie.

Wisdom from the Greater community, volume 1
Volume 5 > Wisdom from the Greater community, Volume 1 > Chapter 12

L’amour nécessite une certaine préparation pour comprendre son pouvoir et sa magnitude. Le problème qu’on rencontre ici, c’est que les individus essaient d’aimer. Ils essaient d’être aimants, affectueux. Ils essaient même de se faire aimer. Cela ne marche pas trop bien parce qu’adopter un comportement aimant n’est pas la première étape.

Nombre d’individus parlent de l’amour en ces termes : « Écoutez, si vous êtes une personne aimante, il arrivera ceci, ou cela, votre vie deviendra plus joyeuse, et les gens vous répondront de manière plus positive. Si vous êtes plus aimant, vous connaîtrez l’amitié et la camaraderie à un plus haut degré. Si vous manifestez plus d’amour, vous ferez l’expérience de Dieu plus directement. »

Le point faible dans cette approche, c’est qu’on ne peut pas essayer d’aimer. Les gens tentent d’accoler un sentiment d’amour à leur expérience actuelle, mais, souvent, il n’y a rien là de très aimant. Vous ne pouvez couvrir votre expérience d’un sentiment d’amour et espérer que ce sentiment aura du succès. L’amour est une expression de votre propre Connaissance, de votre Esprit.

Alors, n’essayons pas de nous montrer aimants ; ainsi, nous pourrons être honnêtes les uns envers les autres. L’honnêteté exige que vous commenciez là où vous vous situez réellement. Vous ne pouvez pas commencer où vous voulez être. En d’autres termes, vous ne pouvez pas être où vous souhaitez être rendu. Vous pouvez seulement être où vous êtes. Si votre état du moment n’est pas un état d’amour profond, alors vous devez exprimer cet état et trouver des façons constructives de le faire.

C’est déjà un grand pas en avant. Cela exige que vous vous observiez vous-même et que vous vous dissociiez suffisamment de votre expérience pour la regarder avec une certaine objectivité. Cela implique un certain degré d’acceptation de soi et de votre état actuel. Vous ne pouvez partir en guerre contre cet état, même si c’est là une tentative de devenir plus aimant. Cela ne mène qu’à un sentiment d’échec personnel encore plus prononcé, ce dont vous n’avez pas besoin.

L’amour se manifestera naturellement, et à sa façon. Vous n’avez aucunement besoin de le créer. Il émanera de vous quand les conditions seront les bonnes, et d’autres personnes y répondront. Vous ne serez pas là à tenter d’être aimant, ou bon, ou gentil, ou sympathique.

Vous perdez le respect de vous-même à essayer d’être une personne aimante, car la tentative d’être aimant est une forme de dénégation de soi où vous déclarez ce qui suit, de manière subconsciente : « Mon état actuel est répugnant. Je ne l’honorerai pas. Je vais plutôt tenter de me créer un état d’être plus désirable. » Bon, un état plus désirable peut en effet valoir la peine, mais vous ne pouvez pas l’atteindre en vous répudiant vous-même.

Parlons donc de l’amour sous l’angle de la préparation, le genre de préparation qui permet à l’amour d’émerger naturellement. Et quand il émerge de cette manière, c’est sans malhonnêteté de votre part, sans déni de soi. L’amour est là, tout simplement. Dès lors, votre défi consiste à l’accepter et à lui permettre d’émaner. Vous serez tout autant un réceptacle de cet amour que ceux avec qui vous vous engagez.

Voici quelques remarques importantes à cet égard. D’abord, vous ne pouvez ni créer l’amour ni le manipuler. En réalité, vous ne pouvez rien faire avec l’amour ; c’est lui qui est à même de faire quelque chose avec vous. Vous ne pouvez pas l’inventer. Vous ne pouvez pas le rajouter. Vous ne pouvez pas lui courir après ; si vous le faites, il vous glissera entre les doigts. Si vous êtes ouvert et que vous prenez soin de vous-même correctement, il émanera de vous tout naturellement. Il est à la fois cause et effet. Tout comme la Connaissance, c’est une force latente en vous. À mesure que vous vous développerez en un être substantiel qui a une capacité pour la Connaissance, l’amour émanera naturellement si vous vous concentrez sur cette énergie et lui permettez de s’exprimer.

L’amour n’est pas une émotion. Il n’est pas toujours gentil. Il ne conserve pas une apparence unique. Certaines formes de comportement, de maniérisme, d’étiquette et d’obligations sociales traduisent des concepts sur les manières d’aimer et d’être aimé. Mais ce ne sont là que des semblants d’amour. L’amour est très puissant. Il n’a aucunement besoin de vos créations. Il a seulement besoin que vous deveniez un vaisseau vide par lequel il peut s’exprimer.

L’amour peut se manifester à divers moments, sous diverses formes. En y réfléchissant bien, vous réalisez que vous vous êtes bien des fois trouvé dans des situations extrêmement difficiles qui représentaient un défi pour vous, des moments que vous repoussiez et que vous ne pouviez tolérer. Pourtant, une expérience d’amour et de relation plus grande s’en est dégagée. Ces « romances merveilleuses » qui n’ont pas marché ne vous ont-elles pas sauvé d’une pire calamité ? Et ne pouvez-vous pas jeter un regard rétrospectif sur les événements et dire : « Mon Dieu ! J’ai failli marier cette personne ! Je suis si heureux d’avoir évité cela ! » Mais à ce moment-là, n’était-ce pas très douloureux ? Ça aussi, c’est l’amour en action, mais sur le moment vous étiez d’un tout autre avis.

C’est seulement lorsque vous observez votre vie à partir d’une perspective plus grande que vous voyez et sentez que quelque chose vous guide tout doucement. Et quand la guidance devient un peu rude, cela signifie que vous êtes allé trop loin et que vous avez besoin d’une assistance plus vigoureuse. Par conséquent, vous recevez une petite poussée qui peut vous paraître plutôt brutale, mais vous en aviez besoin. Comme vous vous êtes dissocié substantiellement de votre propre Connaissance, la vie intervient alors pour vous offrir la correction nécessaire.

L’amour est mystérieux. Il n’est pas toujours heureux, il n’est pas toujours gentil, mais il vous fait toujours avancer vers la Source même de l’amour.

L’objectif de Dieu est de vous soulager de votre fardeau. C’est son premier but. Dieu ne peut vous donner quoi que ce soit d’autre tant que vous portez votre lourd bagage. Vous ne pouvez tenir un cadeau divin entre vos mains si ces dernières sont pleines de vos propres besoins. Au départ, les gens demandent à Dieu de les aider à obtenir ce qu’ils veulent. « Je veux ceci et cela, et je veux que vous vous assuriez que je l’obtiendrai. Si vous êtes réel, vous ferez cela pour moi. » Ici, vous n’êtes pas tout à fait certain que ces choses tant voulues ne sont pas simplement des fardeaux. Si vous continuez d’exiger de la vie qu’elle vous procure ces choses et que vous n’obtenez pas de résultats, c’est peut-être que tout cela n’est pas dans votre meilleur intérêt ou que ce n’est pas le moment d’avoir ces choses.

Le premier objectif de Dieu est de vous soulager de votre fardeau ; c’est un geste d’amour. Mais en fait, vous seul ferez le plus gros du travail. Pourquoi ? Parce que vous en aurez envie, après vos tentatives d’accomplissement personnel qui auront été si terriblement décevantes. Seul Dieu peut vous satisfaire, et vous êtes le seul à pouvoir le satisfaire, lui.

Dieu sait cela ; il ne compte sur rien d’autre. De votre côté, vous essayez de corriger votre vie, de la réarranger, de la rétablir, et de vous satisfaire par le biais des relations, de la carrière, et ainsi de suite. Mais ce n’est jamais assez. Même si vous avez de l’argent, un merveilleux partenaire et du bon temps, votre aspiration sera plus forte que jamais parce qu’elle ne peut être satisfaite autrement que par une raison d’être plus élevée.

Par conséquent, Dieu s’occupe d’abord de vous soulager de votre fardeau. Soulignons ici qu’il ne veut surtout pas vous priver de quoi que ce soit de vraiment contributif à votre bonheur. C’est une réalité que vous devrez constater par expérience personnelle, car notre assurance à cet effet ne vous suffira pas. Mais il reste que jusqu’à ce que vous soyez soulagé de votre fardeau, vous continuerez de demander à Dieu de l’alourdir, non de l’alléger.

Ainsi, vous recherchez un but plus élevé, souvent à la suite d’un échec personnel qui vous porte à abaisser vos défenses ; vous devenez alors disponible pour recevoir quelque chose d’autre. C’est l’amour. Si vous êtes terriblement accablé, comment pouvez-vous être en état d’amour ? Vous tentez de garder une mainmise sur la vie pour assurer votre survie et votre bonheur. Vous faites en sorte de trouver les gens qui vous répondront de manière prévisible mais vous obtenez des résultats qui sont en conflit l’un avec l’autre. C’est extrêmement difficile et également inutile.

Le plus grand geste de bonté envers une personne accablée est de partager son fardeau, mais celle-ci doit consentir à s’en départir pour permettre le partage. Si vous déclarez que Jésus portera votre fardeau pour vous, vous devrez le lui céder ; toutefois, vous ne pourrez contrôler ensuite ce qu’il en fera. Qui sait ? Il pourrait le donner à quelqu’un d’autre. Il ne peut porter le fardeau de tout un chacun. En tout cas, ce ne sera plus le vôtre.

Quand vous êtes en quelque sorte soulagé, Dieu peut vous attribuer une responsabilité nouvelle, ou plus grande, et cela constitue un but plus élevé. Par responsabilité, nous entendons votre capacité de répondre à Dieu fidèlement, honnêtement et efficacement, sans tromperie ni distorsion. La responsabilité est le but supérieur. Maintenant, vous êtes le receveur et le donneur de quelque chose de plus grand. C’est un pouvoir et une force. C’est votre Connaissance, et nous l’appellerons aussi votre amour. Et à votre tour, vous voudrez soulager d’autres personnes de leur fardeau ; ce sera le prolongement naturel de ce que vous aurez reçu.

Dieu donne toujours aux donneurs, car, à titre d’amplificateurs naturels, ils amplifient le cadeau. Dieu donne aussi aux preneurs, mais ces derniers ne font pas l’expérience du cadeau. Ce que Dieu leur donne vraiment, c’est une occasion de donner. Et les preneurs ont besoin d’éprouver la nécessité de donner parce que c’est cela qui les rachètera. Quand ils deviendront des donneurs naturels, alors le cycle complet donner/recevoir pourra vraiment s’enclencher.

Vous avez besoin qu’une plus grande force en vous détermine ce que vous donnerez. Les gens ont des concepts très ancrés sur ce qui devrait être donné, comment le donner, quels résultats espérer, à qui donner, comment les receveurs devraient recevoir, ce qu’ils devraient faire de ce don, et ainsi de suite. Il est très difficile de donner devant tant d’exigences !

Par conséquent, séparons l’amour de la sentimentalité. Séparons l’amour des tentatives de créer d’heureuses apparences. Si vous circulez le sourire aux lèvres, vous dégoûterez tout le monde et vous ne comprendrez pas pourquoi les gens ne désirent aucunement votre compagnie. Mais si quelque chose de grand et d’inexplicable se passe dans votre vie et que cela vous émerveille autant que votre entourage, vous influencerez et affecterez ceux qui entrent en contact avec vous. Ce ne sera pas le fruit de votre ambition ni de vos besoins personnels, mais quelque chose de réel.

Quand les élèves développent la Connaissance, à l’aide de cette préparation ou d’une autre, ils ont l’occasion de faire l’expérience de la relation de manière très directe. Ils peuvent devenir des intermédiaires. Un intermédiaire est quelqu’un qui transpose la Connaissance d’un niveau à un autre et qui démontre que vous pouvez être un intermédiaire entre Dieu et le monde.

Sur un plan plus élevé, Dieu a besoin de maîtres intérieurs pouvant servir d’intermédiaires. C’est de cette seule façon qu’il peut entrer en contact avec votre aspect personnel. N’en ayant aucun, Dieu n’est pas en relation avec l’aspect personnel des humains.

Il est pitoyable de faire de Dieu une personne. Une Présence omnipotente ne peut être quelqu’un. Ces deux réalités sont mutuellement exclusives. Dieu est une Présence et une Force, la véritable attraction dans toute vie. Il vous parle par vos maîtres intérieurs, ses intermédiaires sur ce plan d’existence. Oui, Dieu utilise des intermédiaires pour s’adresser à vous. Savez-vous pourquoi vous n’êtes pas en mesure d’aller à Dieu directement, juste comme ça ? Bien des gens se posent cette question.

C’est parce que Dieu veut vous joindre à d’autres. Son Plan est de vous regrouper, de rétablir les relations, de leur redonner leur puissance et leurs fonctions réelles. L’objectif de Dieu ici est de vous enlever votre fardeau et de vous préparer à de véritables relations, car vous ne serez pas capable d’accomplir quoi que ce soit dans la vie sans véritable relation. Vous ne pourrez devenir un messager de la grâce sans relations, puisque la grâce est un produit des relations.

Alors, que faites-vous maintenant pour attirer plus d’amour dans votre vie ? Que faites-vous pour éprouver les bienfaits d’être aimant et aimable sans toutefois devenir malhonnête ou vous avilir vous-même ? Voici un petit secret. Si vous voulez faire l’expérience de l’amour avec vos semblables, c’est très simple. Les gens ne pensent pas à cela parce qu’ils associent l’amour à un comportement et pas nécessairement à une expérience.

Quand vous êtes avec quelqu’un, soyez très présent. Être présent signifie être plus avec cette personne qu’avec vos propres pensées. En réalité, vous ne vous préoccupez alors ni de ce que vous pensez ni de votre interlocuteur. Vous êtes juste présent, dans le rôle de l’observateur sans préférence. Il est étonnant de voir ce qui peut ressortir de cette attitude, mais elle nécessite une préparation mentale.

Le problème dans les rapports humains est que les individus sont complètement absorbés par leurs propres pensées. En fait, ils sont si absorbés qu’ils ne sont même pas en relation les uns avec les autres ; ils sont plutôt en relation avec les idées qu’ils se font des autres. Ainsi, des gens peuvent être ensemble durant de longues périodes et ne jamais faire l’expérience de l’autre. Ils essaient d’utiliser leurs rapports pour valider leurs pensées sur l’autre, leurs attentes, leurs besoins, ainsi de suite. Mais si vous êtes présent à l’autre, dans l’attitude de l’observateur sans préférence et sans conclusion, vous avez là une occasion d’éprouver quelque chose de très grand.

Nous ne parlons pas encore de la relation. Nous parlons de reconnaissance, ce qui est le début d’une relation, d’une expérience d’amour réelle. Il ne s’agit pas de faire preuve d’empathie, cette faculté de s’identifier aux gens, car encore là, l’empathie parle davantage de vous-même que d’eux ; elle confirme que vous n’êtes pas seul. Cela vous soulage momentanément du fardeau de la séparation et de l’anxiété que cela vous cause, et vous procure une brève expérience d’apaisement et de bonheur. Cela a donc une certaine valeur. Mais ici, nous parlons de quelque chose de beaucoup plus puissant.

N’essayez pas d’être aimant. D’avoir l’air bien. D’avoir l’air de ceci ou de cela. Ici, vous ne comptez pas. Soyez tout yeux, tout oreilles, et ressentez. N’utilisez pas la rencontre en vue de prouver quelque chose. Les résultats d’un tel comportement sont très immédiats.

Les attirances que des individus ressentent pour d’autres ne sont pas toujours reliées à cette reconnaissance qui n’est pas passionnée et ne vous amène pas à vous sentir comme follement drogué, en train de surfer sur une vague de passions effrénées. C’est une sensation profonde, calme. C’est une reconnaissance, non une stimulation. Il ne s’agit pas d’entreprendre un grand voyage romantique mais bien plutôt de vous installer calmement au cœur de vous-même, car votre véritable moi vient d’être honoré et découvert par l’entremise de cette rencontre. Cependant, n’allez pas croire que la relation est établie instantanément ou garantie parce que vous avez eu une expérience de reconnaissance. C’est ce que vous pouvez faire ensemble dans la vie qui la déterminera.

La compatibilité de haut niveau est l’un des facteurs majeurs qui jouent dans une véritable relation. Nous parlons ici d’une compatibilité plus grande que l’idée qu’on s’en fait généralement. Cela veut dire que vos natures sont compatibles, mais pas nécessairement vos jugements, vos évaluations et vos préférences, car ces éléments sont superficiels. Une compatibilité de haut niveau signifie que plus vous approfondissez les choses ensemble, plus la résonance entre vous est forte. Cela veut dire que vous ne vous opposez pas à l’appel spirituel de l’autre. En fait, il y a complémentarité par rapport à l’appel spirituel. La compatibilité dépasse toujours votre compréhension. Avec elle, vos natures propres entrent en résonance. Les résultats de votre association sont plus élevés que ceux que vous auriez obtenus en étant seuls. Désormais, vous êtes tous les deux capables et préparés à reconnaître la vie spirituelle qui vous est destinée.

Ainsi, nous avons la reconnaissance et la compatibilité de haut niveau. Cette dernière se révèle dans l’action, le temps et les défis, et elle s’approfondit de plus en plus, à mesure que vous faites face ensemble à ces défis. Elle ne s’épuise pas ni ne disparaît; mais elle doit être soutenue, constituant ainsi une assise pour l’émergence de l’amour.

Les relations de ce genre ne sont pas communes. N’allez pas penser que vous êtes en mesure d’en connaître plusieurs. Vous pouvez vivre le phénomène de la reconnaissance avec de nombreuses personnes, mais la compatibilité de haut niveau dans la vie physique est quelque chose de plus spécifique. Elle est reliée à votre appel dans la vie, appel qui vous incite de manière spécifique à rencontrer des personnes spécifiques, en vue d’objectifs spécifiques. Votre appel est mystérieux ; cependant, rien dans la vie n’est plus puissant, plus engageant et plus pertinent à tous vos besoins.

Tout cela nous amène à la question de l’amour de soi. L’amour survient quand vous honorez votre nature ; c’est l’acte fondamental de l’acceptation de soi. Très peu de gens font cela. Ils portent cette lourde insistance à vouloir être quelqu’un d’autre. La vie n’est pas très accommodante dans les circonstances parce qu’elle ne vous donne pas autre chose.

Si les gens arrivent à trouver leur place légitime dans la vie, la plupart de leurs problèmes disparaissent. Pourquoi ? Parce que ces gens peuvent maintenant se calmer intérieurement et participer. Ils ne sont plus là à questionner constamment qui ils sont, pourquoi ils sont là, ce qu’ils doivent faire pour être heureux, pour éviter la douleur, ou pour trouver la paix. Dorénavant, ils participent en toute simplicité.

Vous êtes nombreux à vouloir être comme Bouddha, ou Jésus, ou tel saint parce que ces individus représentent tout ce dont nous parlons. Ces êtres-là n’essaient rien. C’est la vie qui les met en mouvement. Ils ne portent aucun fardeau ; ils peuvent donc couler avec la vie. Ce n’est pas qu’ils aient peu de possessions. Là n’est pas la question. C’est qu’ils ont très peu d’insistance face à la vie ; cependant, ils sont tout à fait capables et désireux de participer.

Soyez présent avec ceux que vous rencontrez. Vous aurez un résultat, et ce résultat sera une expérience de reconnaissance si votre intention est très sérieuse. Mais là, un problème se pose : l’amour peut être très difficile à accepter. Dans vos relations, vous rechercherez ceux qui ont une capacité d’aimer aussi grande que la vôtre. Une relation exige une capacité d’aimer, c’est-à-dire l’aptitude à faire l’expérience d’une relation et la capacité et le désir de participer.

L’expérience de l’amour vous fait fondre. Votre aspect personnel, cette minuscule partie de votre esprit dans laquelle vous vivez, se fond dans votre aspect impersonnel, votre Vrai Moi, parce qu’il se sait dépassé et qu’il accepte de se soumettre.

Si vous êtes convaincu que votre bien-être, votre bonheur, votre accomplissement et votre longévité dépendent entièrement de votre tentative de vous accomplir, alors cette soumission sera absolument terrifiante pour vous. Mais lorsque vous êtes fatigué, désespéré, que vous en avez assez, et lorsque vous savez que la prochaine tentative sera aussi futile que la dernière, alors vous acceptez l’amour, ce grand cadeau de Dieu.

Dieu s’empare de vous ; c’est cela l’amour. Vous avez cessé de courir. À ce moment-là, vous ne vous souciez plus de l’accomplissement personnel. Vous voulez seulement être aidé, avoir des réponses, abandonner la lutte et rendre les armes. Et quelque chose de très puissant se passe. L’amour s’empare lentement de vous et cela déteint sur les autres.

La seule et unique manière de guérir quelqu’un, c’est que votre Connaissance soit suffisamment puissante pour activer la sienne. Cela se passe tout à fait au-delà de votre contrôle conscient. C’est aussi étonnant pour vous-même que cela l’est pour les autres, mais c’est très naturel.

Il est malheureux que les gens soient sous l’impression que le perfectionnement personnel consiste à faire de leur vie un meilleur film à leurs yeux. Nous savons que cela peut nourrir un sentiment d’espoir. Pourtant, ce n’est pas ce qui vous donnera la liberté, car la liberté consiste à changer l’ancrage de place et à passer du personnel à l’impersonnel. Votre aspect personnel n’est pas détruit ni abandonné. Seule votre fondation change. Ainsi, le point focal de votre vie ne porte plus sur la survie mais sur la contribution, et cela se fait naturellement.

Dieu veut libérer les gens de leur fardeau. Il veut les voir se reconnecter en eux-mêmes et arrêter de s’autodétruire en pensant que s’ils n’avaient pas ces peurs ou ces barrières, ils seraient parfaits, radieux et heureux à temps plein. C’est une supposition très commune : « Sans mes résistances, alors là, je serais absolument magnifique. » Ce n’est pas la voie de la Connaissance. C’est la voie de l’accomplissement personnel. C’est tenter d’être Dieu, de vous accomplir et de faire de votre monde un paradis sur terre. Ce qui se passe, c’est que vous ne comprenez pas ce que Dieu fait ici.

Dieu désire vous voir vous joindre à votre famille spirituelle afin que vous puissiez apprendre la loi et la réalité de l’union, car c’est le fondement du véritable amour. Pour y arriver, vous avez besoin de vos maîtres intérieurs, quoique plusieurs d’entre vous n’en feront jamais l’expérience directement. Mais vos maîtres veillent sur vous.

Pourquoi les maîtres intérieurs sont-ils importants ? Parce qu’ils réveillent en vous la mémoire de votre vie au-delà de ce monde et, avec cela, la réalisation de votre raison d’être ici. Vous ne pouvez pas vraiment trouver votre raison d’être, votre but, sans ce sens plus aigu de votre destinée et de votre origine. Votre but dans le monde concerne en totalité votre place d’origine, celle où vous retournerez un jour puisque vous n’êtes que de passage sur terre. Vous êtes venu de quelque part et vous n’êtes pas arrivé les mains vides, mais votre cadeau est profondément caché en vous, dans votre Connaissance.

Vous pouvez tenter de faire n’importe quoi de ce que vous aimez en ce monde et vous n’abîmerez pas votre cadeau. Le seul échec possible est celui de ne pas le découvrir; ou de le trouver mais d’être incapable de l’offrir. C’est pour éviter cet échec autant que possible que les anges ont fourni des formes d’entraînement à plusieurs niveaux pour les divers individus évoluant à des stades spéciaux de développement.

C’est là le travail de Dieu en ce monde. Ce n’est pas qu’il vienne ici à proprement parler. Étant partout, il ne se déplace donc pas d’un endroit à un autre. Cela ne signifie rien pour lui. Mais sa Volonté est une force d’attraction qui s’occupe de tous les individus qui sont séparés à tous les niveaux d’existence. Cette force agence tous les êtres de manière qu’ils soient tous complémentaires les uns des autres, et c’est ce qui ramène tout à la Source. C’est le fondement de l’amour.

Vos maîtres intérieurs ont besoin de vous parce que vous êtes des émissaires sur terre. Vous n’êtes pas venus ici simplement pour des raisons thérapeutiques. Cette planète n’est pas un hôpital psychiatrique. Certaines personnes sont très enthousiasmées à l’idée de corriger des erreurs commises au cours de toutes leurs vies passées, mais ce n’est pas ce que Dieu leur demande de faire. Comment résoudre des erreurs passées ? En vous disant que c’est terminé. Vous portez encore tout cela comme un lourd bagage. Pourtant, vos voyages dans le monde physique n’expliquent en rien votre plus grande réalité.

Vous avez donc besoin de vos maîtres intérieurs et ils ont besoin de vous. Il n’est pas important que vous ayez un contact conscient, bien que, pour quelques-uns, cela le soit assez. Cependant, il vaut toujours la peine que vous portiez attention à votre lien avec vos maîtres, car vous récupérez ainsi une vraie relation. Comprendre tout à fait la présence de vos maîtres dans cette vie, c’est avoir une expérience de relation directe. Cela vous préparera à entretenir des relations significatives avec d’autres personnes en ayant tellement plus d’aptitudes et de ressources !

Quand les gens apprennent l’existence de leurs maîtres intérieurs, ils projettent tant de concepts sur eux. Ils tentent de créer des portraits de ces maîtres. Ils attendent de ceux-ci qu’ils agissent de manière très angélique, ou très puissante et très autoritaire. Certains veulent qu’ils soient de petits assistants qui les aident en cours de route. D’autres ont reçu des idées de leurs maîtres et ont même entendu leur voix, mais ils ne savent absolument pas qui ils sont. C’est seulement lorsque vos maîtres et vous faites réellement quelque chose ensemble que votre relation devient compréhensible.

L’amour vient naturellement lorsque vous êtes présent aux autres et que vous acceptez vos vraies inclinations dans la vie. Dès lors, l’amour commence à embellir votre vie et vos activités. C’est quelque chose qui réside en vous et non que vous inventez. Vous êtes encore un peu fou peut-être, mais la Présence spirituelle vous habite de plus en plus et vous accompagne. C’est le but de notre travail que de fournir un environnement et un programme d’apprentissage qui rendent cela vraiment possible en bien peu de temps.

Quand les gens répondent à une personne avancée sur la voie de la Connaissance, ils répondent à la Présence spirituelle qui l’accompagne. Souvent, cette personne dira : « Non, ce n’est pas moi qui fais cela. C’est quelque chose qui m’habite. » Et cette grâce peut remplir beaucoup de vide dans leur vie.

Nous sommes bénis d’être en présence l’un de l’autre, d’être capables de toucher la vie avec la vie, de toucher cette vie ordinaire avec la vie au-delà du monde. Ce contact nous nourrit. Nous sommes entendus et nous vous entendons. Nous exprimons notre gratitude pour l’occasion offerte.

Nasi Novare Coram