Tel que révélé à
Marshall Vian Summers
le 1er janvier 1989
à Albany, New York

À propos de ce texte

Ce que vous lisez dans ce texte est la transcription de la voix originale de l’Assemblée Angélique parlant à travers le Messager Marshall Vian Summers.

Ici, la communication originale de Dieu, qui existe au-delà des mots, est traduite en un langage et un entendement humains par l’Assemblée Angélique qui veille sur le monde. L’Assemblée apporte alors le Message de Dieu à travers le Messager.

Dans ce processus remarquable, la Voix de la Révélation parle à nouveau. La Parole et le Son sont dans le monde. Pour la première fois dans l’histoire, l’enregistrement de la révélation parlée originale est accessible pour que vous en fassiez l’expérience.

Puissiez-vous recevoir ce don de Révélation et puissiez-vous vous ouvrir à son Message unique pour vous et pour votre vie.

Toutes les relations fondamentales sont-elles censées durer ⁠?

La réponse est oui. Bien que la forme puisse changer une fois la relation fondamentale établie, elle durera à jamais. C’est pourquoi ces relations sont si importantes. Lorsque les conjoints ont traversé un certain seuil, ils occupent une place permanente dans la relation. La forme changera. Peut-être ne serez-vous plus capable d’être ensemble après un certain moment, mais vous resterez en relation.

Pensez-y. Comment pouvez-vous ne pas être lié à une personne avec qui vous avez eu un engagement authentique ⁠? Vous pouvez être incapable de participer davantage, mais le germe de participation est encore là. Par contre, la participation en tant qu’expression relationnelle en ce monde a ses limites, sauf en de rares cas où les gens se marient pour la vie. Là, si les partenaires sont suffisamment compatibles et motivés en termes de croissance et de contribution, leur relation se poursuivra au-delà de la réalité physique. Ces gens porteront leur mariage par-delà ce monde et resteront unis.

Si votre partenaire et vous ne démontrez pas ce degré de compatibilité dans votre relation fondamentale et ne réussissez pas à atteindre un tel degré d’union, votre partenaire continuera tout de même à faire partie de votre réseau de relations pendant votre séjour sur terre. Penchez-vous sur la question et vous comprendrez le sens de nos propos. Si vous êtes dans une relation fondamentale et que vous avez atteint un certain seuil, sachez que votre rapport avec cette personne se poursuivra. Votre participation conjointe est peut-être terminée et votre relation a peut-être fini de croître, mais affirmerez-vous pour autant que vous n’êtes pas en relation avec cette personne, que vous ne la connaissez pas ⁠? Bien sûr que non.

Plus il y a compatibilité et plus le désir de croissance spirituelle et de contribution est intense, plus vous irez loin ensemble dans votre relation et plus vous découvrirez. Il est rare que les gens aillent très loin en relation, parce qu’ils vont rarement très loin dans la vie. Votre expérience de la relation est proportionnelle à votre expérience de la vie. Si vous avez des buts limités et une motivation limitée, ne vous attendez pas à ce que votre relation les dépasse.

En relation, vous devez accorder beaucoup d’importance à la reconnaissance de l’autre et à l’utilisation de votre compatibilité. Vous ne savez pas combien de temps durera votre relation. Si votre lien est prometteur, peut-être pensez-vous qu’il durera à jamais. C’est possible. Néanmoins, vous devez traiter avec ce que vous avez en main dans le moment. La participation est immédiate. Si vous souhaitez rester en relation, alors faites ce qu’il faut aujourd’hui pour soutenir la possibilité d’une longue relation. Ce qui importe, c’est ce que vous faites, ce que vous recevez et ce que vous avez dans le moment. Vous n’avez rien à perdre, mais tout à gagner à être honnête en ce qui concerne votre motivation et vos engagements envers les autres.

Bien des relations ont peu d’avenir, mais elles sont tout de même significatives si les partenaires mettent l’accent sur la signification. Certaines relations représentent même un gaspillage d’énergie ⁠; dès le début, elles étaient mal parties. Mais toute relation où il y a eu croissance spirituelle, où une contribution au monde fut offerte et où l’union fut créée s’assurera de résultats permanents.

Ce que vous accomplissez dans vos relations et ce que vous incitez les autres à accomplir dans leurs relations représente l’essence même de la contribution, car le résultat est permanent. Les effets de tout cela continueront à activer l’humanité, à stimuler des gens que vous n’avez même pas rencontrés et qui ne sont pas encore nés. Cela garde la Connaissance vivante dans le monde, et c’est là votre but.

Aujourd’hui, il vous est possible de grandir spirituellement parce que quelqu’un que vous ne connaissez pas et qui est venu avant vous y a contribué. Il en va de même pour la maison où vous vivez et les choses que vous possédez ⁠; quelqu’un y a contribué par son temps, son énergie et ses ressources. Si vous jetez un regard appréciateur sur votre vie, vous verrez qu’elle commande la gratitude. Tout ce que vous avez – des libertés, des occasions, des défis – et tout ce que vous faites appelle la gratitude. Toutefois, ce doit être une gratitude basée sur une reconnaissance authentique.

Toutes les relations fondamentales ne dureront pas, mais ce qu’elles auront généré de vérité et d’honnêteté subsistera. Ce sera la semence des relations futures. Une fois ces relations initiées, elles se poursuivront. La relation fondamentale de toute une vie en est la plus haute expression, car sa valeur dépasse même votre existence en ce monde. Si tous les éléments sont là – l’engagement, le courage, l’honnêteté – cela se produira. Et ce sera votre plus grand cadeau à l’humanité.

 

Quand quittez-vous un partenaire ⁠?

En termes simples, vous le quittez quand vous ne pouvez rien faire de plus ensemble et qu’il vous est désormais impossible de fonctionner conjointement dans le monde. Si vous observez objectivement la relation, sans sentimentalité, cela vous paraîtra évident. Si vous ne pouvez rien faire de plus ensemble, vous n’êtes plus à même de poursuivre cette relation sur les bases d’un partenariat. Vous sentez le tout complété. Peut-être que vous aimez encore et vous vous appréciez toujours mais la relation est complétée. Peut-être que la colère et du ressentiment ont été engendrés par la déception. Cependant, la relation en soi est complète.

Si vous avez le sentiment que votre vie a un but, que vous avez identifié ce but et que vous le poursuivez, vous savez clairement quand quitter votre partenaire. Votre décision n’est pas du tout fondée sur le fait que vous aimez ou non cette personne ni sur un jugement porté sur l’autre. Il n’y a ni jugement ni condamnation. Vous reconnaissez simplement que vous ne pouvez plus avancer ensemble et que tenter d’avancer malgré tout vous serait nuisible à tous les deux. L’amour reste. La gratitude restera également, une fois que vous l’aurez reconnue.

Il est très difficile de quitter quelqu’un en vous basant sur la vérité et l’honnêteté, car, pour ce faire, vous devez abandonner nombre de vos idéaux. Dès lors, votre idéalisme en prend un coup. Par contre, il peut arriver aussi que votre relation démontre un réel potentiel, mais que vous ne puissiez répondre à ses exigences. La question qui se pose alors est la suivante ⁠: Quittez-vous votre partenaire parce que le moment est venu de le faire, ou abandonnez-vous tout bonnement la partie ⁠? Comment établir la différence ⁠? La Connaissance est la différence. Elle vous indiquera quand partir. Comment pourriez-vous rester dans une relation lorsque votre Connaissance vous amène ailleurs ⁠?

Tout cela est entièrement naturel. Peut-être qu’en quittant un partenaire vous avez le sentiment d’avoir failli, d’être coupable parce que, selon vous, vous abandonnez la partie. Vous distinguez mal s’il s’agit d’un départ nécessaire ou de l’abandon clair et net d’une situation. Vous n’êtes pas sûr de vos motifs ni du résultat. Et vous vous demandez si vous n’êtes pas en train d’échanger quelque chose d’une incroyable valeur contre quelque chose d’autre que vous ne connaissez même pas. Mais avec la Connaissance, ce sera clair. Cette dernière ne s’encombre pas de vos idéaux, de votre confusion, de vos buts incompatibles, de vos évaluations, de votre attachement, de votre condamnation ou de vos frustrations. C’est pourquoi elle est la source de votre certitude et de votre direction dans la vie. Elle est en outre la source de tout ce que vous donnez, car elle est cette part de vous grâce à laquelle Dieu se prolonge.

La Connaissance, c’est Dieu qui travaille dans le monde par votre entremise. Dieu est déjà dans le monde, mais il est si tranquille, si totalement présent, pénétrant tout, que personne ne peut le voir. Dieu est comme l’air. Vous sentez l’air quand il se déplace, mais il vous est impossible de le voir. Pourtant, c’est la source de votre vie physique. Vous le respirez à chaque instant.

Comptez sur l’invisible pour travailler avec le visible. Comptez sur Dieu pour que les choses se fassent dans le monde. La Connaissance est l’agent invisible. La pensée et l’action sont les agents visibles. Lorsque la pensée et l’action procèdent de la Connaissance, toutes deux sont imprégnées de sagesse, de grâce et de but.

Il se peut que vous ayez à quitter quelqu’un que vous aimez afin de progresser. Il se peut aussi que vous ayez besoin de demeurer avec quelqu’un que vous aimez. Il se peut également que vous ayez besoin de trouver une relation fondamentale. La Connaissance vous en donne le courage – celui de trouver, de rester, de partir. Vous recherchez une relation, vous restez en relation, ou vous quittez une relation parce que vous savez devoir le faire. Bien que vous puissiez profondément éprouver d’autres pensées et sensations, ce que vous savez devoir faire les surpasse toutes. C’est le pouvoir de la Connaissance, ce qui vous sort de la confusion et de l’ambivalence, ce qui vous libère des conflits sur le plan mental, de la spéculation sans fin, de la comparaison et de votre évaluation de vous-même et des autres. C’est ce qui simplifie votre vie et vous donne la possibilité d’éprouver la paix, l’harmonie et la direction.

Il vous faut expérimenter ce devoir faire. Ne craignez pas de devoir ⁠; c’est ainsi que vous faites l’expérience de la nécessité, source de vitalité dans la vie. Sans la nécessité, il n’y a aucune vitalité. La conviction intérieure naît de la nécessité, une nécessité intérieure que vient stimuler la nécessité extérieure. Ainsi, plus votre engagement dans le monde répondra à la nécessité, plus votre expérience de la Connais­sance et son expression auront un aspect vital.

Vous faites appel à la Connaissance parce que vous en avez besoin. Et vous en avez besoin parce que votre vie revêt une extrême importance. Autrement, qui aurait besoin de la Connaissance ⁠? Vous seriez là à chercher le confort à n’importe quel prix, et l’échec vous poursuivrait telle une ombre. La Connaissance stimule une vie indispensable et s’y plaît. Et une vie indispensable prospère avec la Connaissance.

Quittez un partenaire quand vous ne pouvez rien faire de plus ensemble. Si votre évaluation est basée sur l’honnêteté, elle entraînera une réponse honnête. Cependant, bien d’autres raisons pourraient vous inciter à quitter quelqu’un. Ce pourrait être parce que vous avez peur de l’intimité ou peur d’affronter des défis, de devoir renoncer à vos penchants, de perdre le contrôle de votre vie, ou parce que vous voulez conserver quelque chose que vous jugez bon pour vous. Tous ces motifs peuvent narguer la Connaissance. Mais elle prévaudra.

Si vous niez ce que la Connaissance préconise, vous vous placez intérieurement en danger. Voilà ce qu’est l’enfer ⁠: vivre sans la Connaissance, donc sans vérité et sans honnêteté. Dans ce cas, vous vivez avec les démons de la peur et ils vous hantent. Vous ne pouvez fuir que dans le plaisir momentané et l’inconscience. Vous vous enfoncez de plus en plus profondément dans la dépendance, le rêve éveillé et la stupidité. Votre vie physique est en danger et vous devenez de plus en plus une source de dissonance pour les autres. C’est là une avenue qui mène à l’opposé de la Connaissance, qui éloigne de l’honnêteté, de la vérité et du bonheur.

Vous avez besoin de la Connaissance tous les jours et vous en avez particulièrement besoin relativement à des décisions difficiles. Mettre fin à une relation fondamentale est une décision très difficile à prendre, mais elle peut s’avérer nécessaire. Vous devrez passer minutieusement en revue tous les « ⁠je veux, je devrais, je dois ⁠» que vous imaginez pour vous-même, et ce, pour atteindre enfin cette place de savoir essentiel en vous ⁠: la Connaissance. Si vous avez un réseau honnête et fiable de gens pour vous aider, cela vous facilitera les choses parce que ces personnes vous fourniront perspectives et encouragements. Si vous vous êtes investi dans une étude spirituelle et que vous avez un maître spirituel, cela vous aidera aussi. L’influence de ces deux sources peut éveiller ce que vous savez au-delà de vos préférences et de vos peurs. La Connaissance vous amènera au-delà de ces préférences et de ces peurs, vous épargnant ainsi un conflit.

Le monde baigne de préférences et de peurs. Votre Connaissance vous élève au-dessus du monde. Vous avez besoin de relations authentiques pour stimuler cette disposition en vous. Vous avez également besoin d’encouragements et de défis. Vous vous impliquez dans une vraie relation lorsqu’il y a compatibilité et partage d’un dessein. Si la compatibilité disparaît, votre dessein conjoint disparaît aussi. Vous n’avez donc plus aucune raison de rester ensemble, sinon pour éviter la solitude et contrer un sentiment de culpabilité ou d’échec. Comme, de toute manière, c’est en vous-même que vous devez régler ces points, ce genre de justification rendrait votre partenariat misérable. Si votre relation est une forme de fuite de la vérité, elle en fera les frais.

Si vous devez vraiment mettre fin à la relation, ne gâchez pas votre apprentissage commun. Affrontez la difficulté de partir et l’incertitude qui en découle. Utilisez ce moment pour permettre à la Connaissance de vous guider et de vous diriger. Permettez-vous de quitter le connu et d’entrer dans l’inconnu. Faites face à votre autocondamnation. La Connaissance vous accompagnera et vous fera passer au travers de tout ce qui se tient sur son passage. Vous émergerez purifié de cette phase avec la Connaissance, plusieurs de vos retenues antérieures ayant été effacées de votre mental. Dès lors, vous vous ferez d’autant plus l’avocat de la Connaissance et son bénéficiaire. Vous apprendrez la liberté et l’enseignerez. Vous enseignerez ce qui fournit un fondement authentique à la relation.

Quelquefois, vos actions causent de la souffrance à autrui. Cela peut s’avérer difficile à négocier les premiers temps, car il arrive très souvent que les gens se blessent intentionnellement entre eux. Ainsi, lorsqu’un événement qui doit se passer survient, où les personnes touchées se sentent blessées, vous pourriez vous questionner sur vos motifs ⁠: « ⁠Est-ce que je cause cela intentionnellement ⁠? Est-ce que je fais la bonne chose ⁠? ⁠» Vous ne voulez pas faire souffrir quelqu’un que vous aimez. Ici, il est nécessaire de revenir à la Connaissance. La Connaissance navigue dans tous ces défis difficiles, tous ces tournants, toutes ces obstructions et toute cette confusion du mental. Si vous êtes relié à la Connaissance, elle vous guidera tout au long du labyrinthe de la complexité humaine.

Si vous devez partir, faites-le. Trouvez la façon la plus constructive de l’exprimer à votre partenaire, puis partez. Ainsi, vous faites face à votre propre adversité interne et externe. Et vous êtes à même de le faire avec force, car la Connaissance vous accompagne.

La Connaissance vous amène en relation, vous maintient en relation et, dans certains cas, vous sort d’une relation, sans condamnation ni jugement. Tout ce qu’il y a d’honnête et de précieux dans votre vie extérieure le confirme. Habituellement, la Connaissance ne vous sortira pas d’une relation rapidement. Votre relation déclinera lentement et, un jour, vous vous rendrez compte de votre obligation de partir si vous voulez servir votre plus grand bien-être et celui de votre partenaire. Un tel service justifiera l’inconfort créé par votre départ.

Si l’investissement était important, le changement sera assurément douloureux. La douleur sera là, impossible de vous le cacher. Ce sera difficile. Mais vous pouvez affronter cette difficulté, et vous le devez si elle sert un dessein plus grand, un besoin plus pressant. La déception est partie intégrante de la vie. Vous perdez des choses que vous aimez. Certaines réalités dans lesquelles vous aviez investi changent. Les choses ne se déroulent plus comme vous les aviez planifiées. Vous commettez des erreurs, et certaines vous coûtent très cher. L’expé­rience de la déception fait partie de la vie. Cependant, une large part de ce qui vous déçoit n’a rien à voir avec la vérité et vous vous devez d’établir cette distinction et de dégager la vérité.

La vérité et l’illusion peuvent paraître semblables jusqu’à ce que vous les investiguiez. L’une est solide ⁠; l’autre est vaporeuse. L’une demeure ⁠; l’autre change sans cesse. La vérité est constante tandis que les apparences fluctuent. Les gens sont en mouvement. Dieu est immobile. Les pensées de Dieu entrent dans le monde et encouragent le progrès authentique, la croissance et le changement positifs. La vérité n’est pas en mouvement constant, mais les gens le sont dans une tentative d’aller vers la vérité ou de s’en éloigner. Toutefois, le mouvement de Dieu est très stable et soutenu.

Le mouvement du monde est gouverné par celui des corps célestes. Toutefois, vous ne voyez pas ces corps, sinon rarement. Vous ne reconnaissez pas non plus leur influence constante et continue alors qu’à la surface du monde tout est turbulent et changeant.

Par conséquent, ne confondez pas vos changements d’avis et vos affaires personnelles avec le mouvement de Dieu. Dieu exerce une influence sur votre mental, et ce dernier lui répond par de la turbulence. Cela s’explique par le fait que votre mental est dans un état de dénégation de Dieu et que sa turbulence va donc à l’encontre de Dieu. Cependant, une fois qu’il vainc sa résistance, il commence à se tourner vers Dieu. Cela met certains changements en mouvement et rajuste des aspects de votre vie, dont vos relations, vos priorités, vos intérêts et l’objet de votre concentration. Ainsi, vous vivez une nouvelle expérience de vous-même et une nouvelle compréhension de votre vie en découle.

Le mouvement qui vous éloigne de Dieu entraîne un changement chaotique. Celui qui vous ramène à Dieu donne lieu à un changement constructif. Sur le moment, le changement ressemble à du changement et il est très difficile de distinguer ce qui l’influence. Mais dans une relation où le changement constructif est graduel, vous aurez l’occasion de noter ces influences.

Habituellement, les relations se détériorent avant même de prendre fin. Parfois, une relation n’aura jamais démontré de compatibilité, ou cette dernière était très limitée au départ. Quand la relation se termine, la fin survient abruptement puisqu’il y avait très peu d’éléments de cohésion. Ces derniers disparaissant, la relation s’effrite complètement. Cela peut arriver. Quand la relation a davantage d’éléments cohésifs, son déclin est plus graduel. Si une personne fait quelque chose de nuisible ou de malhonnête à l’autre, cela est souvent dû à un déclin graduel au cours duquel on voit se manifester des expressions de perte et de confusion. Les partenaires sentent le changement mais ne savent pas comment réagir.

Il est alors nécessaire de suivre la voie de la Connaissance, car c’est sous l’influence de Dieu que le changement s’opère et que la Connaissance reste alignée sur celui-ci. Elle exprime un changement vrai et constructif, et vous garde au fait de celui-ci. Cela vous permet de sentir le mouvement de votre vie, de vos relations, de votre monde, et finalement celui de l’univers.

Les gens sont déçus, bouleversés, confus devant le changement. Ils doutent. Ils sont perplexes. Un processus de changement vous fera passer du connu à l’inconnu. Même si le connu était douloureux, on le préfère parfois à l’inconnu que l’on craint. C’est seulement lorsque vous avez apprivoisé l’inconnu que vous lui faites confiance, que vous le valorisez et le reconnaissez comme la source d’une stabilité, d’une direction et d’une signification nouvelles, que vous êtes capable d’embrasser le changement avec une foi et une confiance plus grandes.

Avant de mettre un terme à une relation, posez-vous les questions suivantes ⁠: « ⁠Est-ce que je fais ce qui est vrai et authentique ⁠? Suis-je honnête ⁠? » La douleur et l’inconfort ne peuvent être évités. Si vous avez honnêtement besoin de partir et que le moment est venu de le faire, et si votre relation ne peut aller plus loin, alors tenter de poursuivre celle-ci serait bien plus douloureux que d’y mettre fin. Vous devriez fournir tous les efforts possibles pour réussir en relation, mais si vos tentatives échouent, alors vous devez partir.

La compréhension vient toujours après coup. Vous devrez donc patienter avant de saisir les raisons de votre départ. Devant un changement réel, vous ne comprenez à peu près jamais pourquoi vous agissez comme vous le faites. Peut-être vous donnerez-vous des raisons impérieuses. Peut-être justifierez-vous vos actions en fonction de ce qui se passe. Néanmoins, votre véritable compréhension de la situation viendra plus tard. Car, lorsque vous êtes en pleine transformation, vous ne pouvez voir où cela vous mène. Pour le comprendre, vous devez en voir les résultats, lesquels vous attendent plus loin sur le chemin de la vie.

Questionnez la motivation qui vous incite à partir et votre honnêteté. Questionnez la réalité de ce qui se passe dans votre relation. Demandez-vous si le problème peut être solutionné réalistement. Voilà des questions fondamentales. Peut-être vous faudra-t-il une aide extérieure, mais vous devrez vous interroger en ce sens. Si vous devez partir, vous-même et les autres personnes concernées devrez faire face à la douleur. Il est rare que des partenaires se séparent d’un accord mutuel. Si les choses se sont détériorées et que rien de plus ne peut être fait, il est plus que probable qu’un des partenaires prendra l’initiative. L’autre pourrait alors éprouver de la déception, comme si quelqu’un lui volait sa stabilité et son bonheur.

Si une relation est brisée, ce n’est pas la perte d’amour qui cause le désarroi de l’autre, mais la perte de stabilité. La personne délaissée sera angoissée parce que la situation la pousse vers l’inconnu. Elle fait face à la solitude, au changement et à l’incertitude. Elle ne s’inquiète pas vraiment de la perte d’amour, car, si la relation s’est détériorée, l’amour était déjà perdu. Il peut revenir seulement si les partenaires suivent ce qui est vrai et s’engagent de nouveau à être honnêtes l’un envers l’autre. Si leur analyse honnête de la situation indique que la relation est terminée, alors c’est le cas. L’amour est perdu seulement quand l’honnêteté est perdue, quand l’expression personnelle constructive – une forme d’honnêteté – l’est. Au lieu de vous préoccuper de savoir si vous blessez l’autre, préoccupez-vous d’être honnête et compatissant. Si vous l’êtes, alors tout ce que vous faites sera bénéfique.

 

À quel moment une relation est-elle
considérée comme complète ⁠?

Une relation est complète quand l’étape suivante est enclenchée. Si vous devez mettre un terme à une relation, ne pensez pas qu’elle est déjà complète pour vous, car ce qu’elle fut doit devenir autre chose. Vous pouvez exprimer entre vous et de manière constructive tout ce qui a besoin de l’être. Vous pouvez discuter de tout ce qui n’a pas marché, de tout ce qui a raté et de tous les problèmes spécifiques. Vous pouvez même conclure que vous ne pouvez rien faire de plus ensemble, quoiqu’il soit rare de voir des partenaires entièrement d’accord sur ce point. Cependant, la relation n’est pas complète tant que la personne ne passe pas à la prochaine étape de son développement. C’est ce passage à une prochaine étape qui vient la compléter.

Il faut qu’au moins l’un de vous entame une nouvelle vie pour que la relation soit vraiment achevée. Jusqu’à ce qu’elle atteigne ce stade, vous vous sentirez maladroits et mal à l’aise ensemble. Cela déclenchera du remords, du regret et du ressentiment. La vieille relation continuera de vous tirer par-derrière. Vous persisterez à penser que vous auriez pu faire plus dans la situation. Vous aurez l’impression qu’un échec vous couvre de son ombre. Même si votre départ vous apporte un grand soulagement, l’inconfort sera là. Au moins l’un de vous amorcera une nouvelle vie ⁠; peut-être les deux, nous l’espérons. À ce moment-là, la relation approchera du stade d’achèvement. Après tout, si une relation ne peut se poursuivre sous sa forme première, elle doit vous conduire à quelque chose de neuf pour donner toute sa mesure.

Il est possible qu’une relation demeure incomplète très longtemps, peut-être même toute une vie, parce que les partenaires séparés ne sont pas allés plus loin. Ils n’ont jamais accompli ailleurs ce qu’ils avaient tenté de faire ensemble, et leur séparation demeure une blessure béante dans leur vie.

Si vous avez exprimé tout ce que vous aviez à exprimer, si vous vous tenez responsable de vos propres difficultés, de vos erreurs, de votre manque d’honnêteté, etc., et si vous n’avez pas projeté de blâme sur l’autre mais que vous considérez être tous les deux en cause, cette blessure commencera à guérir, vous donnant ainsi la possibilité d’aller vers une union plus grande et plus complète avec quelqu’un d’autre. Cependant, si vous maintenez le blâme, si vous cultivez le ressentiment, si vous refusez de pardonner et si vous n’acceptez pas votre propre responsabilité dans la situation, la blessure ne guérira pas et sera encore longtemps un foyer de douleur, d’inconfort, d’anxiété et d’inquiétude.

Mettre un terme à une relation fondamentale peut être très douloureux et les personnes impliquées voudront souvent en finir aussi rapidement que possible, habituellement en passant outre à la douleur. Cependant, vous devez traverser cette période de souffrance intérieure parce qu’elle est nécessaire jusqu’à un certain point. Ce peut être une période très intense, mais qui ne devrait pas se prolonger. Si vous faites face complètement à votre douleur, cette dernière vous quittera une fois que vous l’aurez exprimée. Mais si vous l’évitez, la niez, la nommez autrement ou si vous maintenez une part de jugement contre l’autre personne pour éviter de ressentir votre propre sentiment d’échec ou de regret, vous serez incapable d’avancer et la douleur de la séparation se prolongera.

Le cadeau d’une relation achevée est la participation d’au moins un des partenaires à une union plus grande et plus complète. Il n’est pas nécessaire que les deux partenaires connaissent pareille continuation, mais l’un d’eux doit passer à une plus grande union. Ainsi, la relation aura atteint son point d’achèvement. Et si elle est complète pour l’un, elle l’est pour les deux. Bien que l’autre personne puisse s’accrocher au ressentiment et aux regrets, la relation sera complète. Si une personne avance avec confiance et gratitude, la relation sera aussi complète. Si une personne a réussi à se servir de tout ce qu’elle a appris de sa relation précédente – sa création, le temps passé à la soutenir et sa fin – et à entrer dans une nouvelle relation, l’ancienne relation sera complète. Si l’autre personne reste derrière, plongée dans le ressentiment, le regret et l’incapacité de pardonner, ses blessures ne guériront pas et elle se crucifiera pour quelque chose qui, en réalité, pourrait lui ouvrir la porte d’une union plus grande dans le futur. Mais la relation est décidément complète. Elle le sera pour les deux, espérons-le, mais cela arrive rarement de manière simultanée.

Un mariage raté laissera toujours des cicatrices et des traces. Il façonnera les gens concernés et servira de fondement à nombre de décisions futures – bonnes ou mauvaises. Le fait qu’une relation soit complète ne signifie pas qu’elle est effacée ni qu’elle cesse de servir d’exemple et de projeter son influence. Cela veut simplement dire qu’il n’y a pas de retour en arrière possible, que c’est fini. Vous serez enclin à revenir à cette relation jusqu’à ce que vous en soyez venu à une plus grande participation ailleurs. Une personne peut être convaincue de ne pas revenir en arrière, peu importe ce qui lui arrive, mais la relation ne sera pas vraiment achevée tant que cette personne n’entrera pas dans une plus grande union et qu’elle n’utilisera pas avec succès ce qu’elle a appris.

Amener une relation fondamentale à sa complétude prend du temps. Cela suppose qu’on traverse la difficulté et la douleur de la perte. Cela signifie passer du temps avec soi-même pour intégrer ce qui est arrivé, se retrouver et se faire une idée de ce qui ressort de tout cela. Atteindre un nouveau seuil où une nouvelle relation peut être initiée pour que l’on puisse ensuite s’impliquer et utiliser ce qui fut appris dans la précédente relation requiert aussi du temps. Tout cela viendra achever votre relation antérieure de telle sorte que vous pourrez tourner un regard plein de gratitude vers le passé.

Les relations devraient toujours être complétées avec gratitude. Cela ne veut pas dire que chacun se sent totalement bien par rapport à tout ce qui s’est déroulé, mais qu’il ressent somme toute une réelle gratitude. Cependant, si cette gratitude est feinte dans le but d’éviter la douleur ou la confrontation, la relation restera incomplète et empêchera les anciens participants de progresser et de s’engager avec succès dans une nouvelle relation.

Les relations passées incomplètes constituent un obstacle majeur à la pleine participation avec des partenaires actuels. Pour mettre un terme à ces relations, vous devez faire face à vos erreurs et vous rendre compte de ce qui en a découlé. Cela requiert du temps et de l’intégration, et cela ne peut se produire totalement lorsque vous êtes plongé dans la souffrance de la séparation et au cœur de la situation malheureuse que cela crée. Avec le temps, toutefois, vous pourrez embrasser une nouvelle perspective et voir comment votre relation précédente peut vous servir à construire une nouvelle vie. À ce moment-là, vous reconnaîtrez la valeur de l’expérience et votre relation antérieure trouvera sa complétude.

Une relation qui atteint son parachèvement représente un nouveau commencement. C’est le processus de guérison naturel des participants aussi bien que leur désir de paix, d’harmonie et de vérité qui détermineront le moment d’achèvement de la relation. Ici, le processus de guérison peut être lent ou rapide, suivant la motivation des personnes concernées. Néanmoins, ce sera long.

Toute relation atteint son point d’achèvement au moment où la gratitude fait son apparition ⁠; il en va toujours ainsi. Lorsque la personne prend conscience des résultats authentiques de la relation, elle ressent une véritable gratitude. Mais elle ne pourra constater ces résultats avant de s’engager dans une nouvelle relation où ce qu’elle a appris précédemment peut être utilisé et appliqué. Par conséquent, compléter une relation antérieure prend du temps. C’est une période d’intégration personnelle nécessaire, de réévaluation et de découverte de soi, suivie d’un nouveau départ. Dès lors, la personne doit réaffirmer son désir d’union, redécouvrir et affirmer sa capacité de le faire, et reconnaître les erreurs précédentes afin qu’elles ne viennent pas saper les engagements futurs.

Chaque relation constitue un cadeau ⁠; vous devez le reconnaître comme tel et vous servir des bénéfices qu’il offre. Plusieurs relations vous offrent leur cadeau simplement en vous enseignant ce qu’il faut éviter de faire au début. Certaines personnes vont venir à vous uniquement pour vous fournir l’occasion de vous détourner d’elles. Cependant, ne déclarez pas toutes vos erreurs parfaites ou entièrement bénéfiques. Seuls certains aspects sont salutaires ⁠; de plus, vous devez toujours évaluer un apprentissage d’après ce qu’il vous aura coûté.

Vous devez reconnaître vos erreurs, les réévaluer et mettre à profit l’enseignement que vous en avez retiré ⁠; tout cela est essentiel à votre progrès. Vous devez faire face à la douleur, à la difficulté, à l’erreur en soi, ainsi qu’à vous-même. Cela fait partie de l’apprentissage. C’est ainsi que vous devenez une personne mature. Cela fait aussi partie de votre avancement spirituel.

Ce peut être difficile, embarrassant, exigeant l’effacement de soi. Ce peut être traumatisant même. Toutefois, c’est un aspect nécessaire de l’apprentissage si vous souhaitez percer le monde et vous-même, et découvrir ce qu’il y a à savoir. La Connaissance est votre guide, mais vous devez être un adepte persévérant et un bénéficiaire patient et courageux. À défaut d’avoir ce courage, cette patience, ou de ne pas être disposé à les cultiver, vous ne devriez pas vous engager dans des relations fondamentales intimes. Vous devrez avoir beaucoup de cœur pour affronter les défis qui se présenteront et vous montrer responsable de ce que vous découvrirez.

Le pouvoir de Dieu vous appelle à progresser, à compléter vos relations antérieures, à réaliser les bénéfices qu’elles vous ont offerts, et à continuer d’avancer avec gratitude. Le pouvoir de Dieu vous apprend à identifier ces relations qui exigent maintenant votre participation. Il vous apprend donc le discernement, l’objectivité, la clarté du mental, la quiétude intérieure, la réceptivité à vos maîtres intérieurs et l’ouverture au mariage et aux relations authentiques.

La séparation provoquera vraisemblablement beaucoup de colère et de ressentiment, des émotions que viendra alimenter la déception. Pendant un certain temps, votre partenaire sera peut-être incapable d’entendre ce que vous aurez à dire. Tout dépendra des facteurs déjà indiqués. Soyez préparé, car vous recevrez une part de blâme, de la colère et du ressentiment. Peut-être que ce sera justifié jusqu’à un certain point. Peut-être que non. Si vous avez été malhonnête, vous devrez y faire face. Si vous avez été honnête, mais que votre honnêteté a été mal interprétée, vous devrez aussi y faire face. Si vous avez été critiqué à juste titre ou injustement, vous devrez y faire face. Tout cela vous apprendra à devenir plus clairvoyant, plus objectif et à faire preuve de sens pratique lorsque vous vous ouvrirez à votre prochaine relation. Vous n’avez pas à vous blinder contre ces manifestations puisqu’elles vous apprendront à devenir plus honnête, plus naturel et plus ouvert si vous apprenez correctement d’elles.

Si vous avez été malhonnête dans une relation précédente, vous pouvez certainement le reconnaître. Vous réalisez alors que l’honnêteté vous épargnera du temps et vous évitera certaines difficultés. Ainsi, vous serez plus motivé à vous présenter tel que vous êtes réellement au lieu de présenter seulement l’aspect de vous-même que votre nouveau partenaire trouve attirant. Vous voulez vous assurer que la personne vous connaît aussi bien que possible dès le début pour lui éviter plus tard des déceptions. Vous souhaitez qu’elle connaisse et accepte la personne que vous êtes réellement. Cela apporte confort et sécurité dans une relation.

Si votre partenaire potentiel ne connaît qu’un certain aspect de vous, si vous vous présentez uniquement sous votre meilleur jour, si cette personne ne vous voit pas vraiment tel que vous êtes et ne sait pas comment vous pensez et ce que vous faites, vous n’évoluerez pas sur une base solide. Soyez honnête, dites la vérité, et cette vérité vous procurera sécurité, assurance et direction. Par conséquent, servez-vous du jugement d’un autre contre vous pour votre propre évaluation de vous-même, mais essayez d’être très juste. Certains points peuvent être reconnus et résolus durant ce processus. Pour d’autres, vous devrez attendre, car seul le temps révélera la véritable essence de ce qui se passe.

La colère et le ressentiment regorgent de projections personnelles et de blâmes. C’est l’effet de la douleur. Quand les gens sont blessés, ils réagissent, se défendent, oublient leur douleur et la passent à quelqu’un d’autre, habituellement à la personne qu’ils croient être la source de cette douleur. Ce peut être très difficile et, par conséquent, les partenaires ne devraient pas se voir pendant le processus de séparation. N’essayez pas de tout résoudre quand les émotions flambent, car vos efforts au nom de la réconciliation et de la paix ne seront pas bien reçus. Comme toujours, vous devez évaluer l’efficacité de votre communication. Vous pouvez ressentir le besoin de vous exprimer, mais il est aussi de votre responsabilité de voir si cette expression est appropriée à ce moment-là et de pressentir comment elle sera reçue.

Les individus en processus de séparation ont parfois besoin de se tenir éloignés l’un de l’autre pour de longues périodes, jusqu’à ce qu’ils aient le recul nécessaire. S’ils se voient trop tôt, ils passent au mode réactif l’un par rapport à l’autre, ce qui ne s’avère pas utile. Souvenez-vous ⁠: vous ne voulez pas créer plus de conflits que nécessaire dans le monde lorsque vous êtes dans un processus de transformation.

Montrez-vous très honnête, mais ne vous blessez pas avec les faits. Bien qu’il y ait des choses auxquelles vous devez faire face, rappelez-vous que votre partenaire et vous n’êtes pas mauvais. Vous éprouverez de la douleur, mais vous ne méritez pas d’être puni. Si certaines choses sont difficiles dans la vie, elles ne visent tout de même pas à vous punir. Ne vous punissez pas ni ne punissez votre partenaire pour la difficulté de la séparation. Montrez-vous responsable de votre engagement et de la séparation. Cette dernière est survenue parce que quelque chose n’a pas fonctionné dans votre relation. Peut-être que cette relation aurait pu être sauvée, mais habituellement ce n’est pas le cas. Ou les éléments nécessaires à la continuation n’étaient pas là ou il y avait absence de motivation chez les partenaires.

Il ne suffit pas qu’un partenaire soit déterminé à réussir une relation. Les deux personnes doivent partager cette détermination. Même à cela, les bons éléments doivent être présents pour que vous puissiez traverser toutes les étapes menant au succès. Essayez d’être très juste, ouvert et honnête. Engagez-vous à apprendre, car ce savoir est extrêmement précieux. Il vous arrive à tous de faire l’expérience du ressentiment et de la déception à divers degrés, et d’en souffrir. Si, dans ce cas, chacun apprend les leçons, il sera capable d’échapper au dilemme du monde et, avec le temps, cela fera de lui un véritable émancipateur.

Que pouvez-vous offrir aux gens, sinon votre propre expérience de liberté, votre propre récognition de la Connaissance ⁠? Sinon ce que vous avez appris sur les relations afin qu’ils puissent améliorer les leurs, les transformer ou les élever à un plus haut niveau ⁠? Sinon ce dont ils ont besoin au bon moment ⁠?

Dans la plupart des cas, mieux vaut ne pas s’engager dans une autre relation immédiatement après une séparation. La guérison intérieure exige du temps, qu’il s’agisse d’un divorce ou de la mort d’un partenaire. Il arrive parfois qu’une nouvelle relation vienne accélérer considérablement le processus de guérison, mais c’est l’exception à la règle. Les gens désirent souvent initier une nouvelle relation pour compenser la douleur ressentie. Ils veulent reporter leur attention sur une nouvelle relation, de manière à ne pas affronter la douleur de la séparation. Cela perturbera et prolongera le processus de guérison, et causera une tension inutile chez le nouveau partenaire, car il ne lui appartient pas de vous guérir. Ce dernier ne devrait pas porter le poids de vos difficultés passées. Cette responsabilité vous revient entièrement.

La préparation à une nouvelle relation suppose que vous preniez le temps d’intégrer ce qui s’est passé, de reconnaître vos erreurs et de créer un nouveau départ en vous-même. Ne soyez pas impatient. L’impatience indique que vous essayez de procéder sans la Connaissance, que vous n’avez pas confiance en la vie ou en vous-même et que vous allez de l’avant, pressé de vous assurer une nouvelle place. Il se peut que vous vous sentiez très misérable durant une séparation ou que vous recherchiez ces choses qui vous ont manqué dans la relation précédente, mais c’est un temps pour être avec soi, un temps de retenue. Vous devez assumer vos responsabilités et regagner vos forces. Bien des gens en sont conscients, et ils peuvent vous aider. C’est un conseil judicieux. Vous ne devriez faire d’exception que si votre Connaissance vous indique de le faire, et en ce sens vous devez être absolument certain que c’est bien elle que vous suivez.

Mettre un terme à une relation est toujours une occasion d’approfondir votre intégrité et votre conscience de la Connaissance. De reconnaître ce que vous saviez et de vérifier si vous avez suivi ce que vous saviez. C’est aussi l’occasion de reconnaître votre honnêteté et de vérifier si vous vous êtes exprimé franchement. C’est à ces moments-là que se forge la véritable honnêteté.

Si vous vous préoccupez uniquement de votre survie, cela viendra obstruer et déformer votre inclination naturelle vers l’honnêteté. Si vous n’avez pas confiance en la vie, vous deviendrez intrigant et tenterez d’employer la ruse et d’autres astuces pour obtenir ce que vous voulez puisque vous ne pensez pas que la vie pourvoit ceux qui se montrent intègres. Mais si vous êtes intègre, la vie pourvoira à vos besoins à chaque instant et vous aurez la possibilité de suivre la marche de la vie. Cela vous placera dans une position vraiment meilleure pour prendre des décisions judicieuses relativement à vos relations, et ce, à tous les stades de développement.

Servez-vous de la difficulté de la séparation pour approfondir votre engagement à l’honnêteté, à la Connaissance et à la croissance spirituelle. Ainsi, vous serez beaucoup mieux préparé pour participer à la relation fondamentale intime qui vous attend. Cela vous apprendra ce que vous avez à apprendre, à désapprendre, à faire et à éviter. Cela vous apprendra en outre comment sélectionner un partenaire et comment reconnaître ces impulsions en vous, et les attraits chez les autres qui peuvent vous entraîner facilement dans une mauvaise direction.

Acceptez votre vulnérabilité et reconnaissez qu’elle nécessite une plus grande sagesse, votre meilleure défense. Le mensonge, la tricherie et la dérobade ne sont pas des défenses efficaces ⁠; ils vous rendent plutôt vulnérable à l’erreur. C’est à la vérité que vous voulez désormais être vulnérable, car elle vous procure paix et certitude, et restaure vos aptitudes et votre pouvoir. Remettez-vous-en encore une fois à la Connaissance et à la relation authentique. Si vous êtes décidé à apprendre, vous pourrez entrer en relation. Si vous n’y êtes pas résolu et si vous vous en tenez à vos jugements et à votre ressentiment, vous ne serez pas ouvert à la relation. Dès lors, seule votre solitude future vous incitera à vous lier avec un autre et vous ne serez pas bien préparé.

 

 

Comment concluez-vous la relation quand le partenaire meurt ⁠?

Des personnes importantes à vos yeux mourront au cours de votre vie. Il s’agit souvent d’une perte directe, parfois inattendue. La manière dont la personne meurt et le fait même de sa mort auront des répercussions sur vous. Peut-être est-elle morte à la suite d’une longue maladie ou d’un accident, ou peut-être même s’est-elle enlevée la vie. Vous serez alors en présence d’une séparation très radicale puisque votre capacité de communiquer avec cette personne dans la vie physique sera maintenant limitée et pourrait même paraître inexistante.

Il est judicieux que vous apportiez autant de guérison que possible dans vos relations et que vous trouviez des façons constructives d’exprimer votre gratitude et de mettre le doigt sur les difficultés, en particulier dans le cas de vos parents et de ces autres personnes âgées qui ont fait partie de vos relations fondamentales. Vous n’aurez pas d’aussi bonnes occasions de le faire quand ils seront décédés. Votre communication avec eux pourrait ne pas vous sembler tellement significative à ce moment-là. La fin de leur vie peut être proche. Ne tenez pas leur présence pour acquise. Préparez-vous. Ménagez-vous un moment de qualité avec eux dès que vous le pourrez. Transcendez vos propres jugements et préférences. Pardonnez-leur ce qu’ils n’ont pas été capables de vous donner. Préparez-vous, car s’ils meurent soudainement et que vous restez aux prises avec votre propre irrésolution, vous aurez plus de difficulté à guérir et à tirer une expérience positive de la relation.

Le monde est une occasion de relations et de communications. Voilà ce qu’il est, ce qu’il vous offre. Devant un départ anticipé, profitez de l’occasion pour approfondir votre relation autant que possible. Montrez-vous honnête et vulnérable, trouvez des façons constructives de vous exprimer, acceptez l’état d’esprit et les préjugés de l’autre personne, et essayez de communiquer dans ces limites. Ce que vous souhaitez, c’est communiquer. Il vous appartient ensuite de découvrir les moyens les plus efficaces de le faire. Parfois, les mots ne sont pas nécessaires ⁠; vous avez juste besoin d’être ensemble. Alors, préparez-vous afin que ce départ soit un temps d’achèvement pour vous et non uniquement une perte traumatisante.

Se retrouver en présence de la mort est une expérience très puissante, car c’est à ces moments de transition que la vie prend tout son sens. C’est un temps propre à la spiritualité, un moment d’honnêteté intérieure. C’est aussi un temps de désenchantement qui peut mener à une véritable récognition.

Si une personne meurt soudainement, estimez ce que vous lui avez donné et ce que vous ne lui avez pas donné dont elle avait besoin. Établissez qui elle fut dans votre vie et apprenez à reconnaître les bénéfices liés à cette relation, que ces bénéfices soient basés sur l’erreur ou sur la vérité. Quand vous parvenez à distinguer toute la valeur de votre lien, exprimez votre gratitude. Si vous le faites par le biais de la prière, le destinataire la recevra, car ceux qui ont quitté le monde peuvent être rejoints par la prière. Si votre esprit est ouvert, vous pourrez de votre côté recevoir leur réponse puisque l’esprit sert de véhicule entre l’ici et l’au-delà.

Ainsi, vous avez la possibilité de communiquer par l’esprit avec ceux qui ne sont plus de ce monde, et ils peuvent en faire autant par la même voie. Ces communications avec les êtres aimés disparus peuvent être brèves, car ce sont des expressions de gratitude et elles affirment que votre relation se poursuit. Comme nous l’avons mentionné déjà, toutes les relations fondamentales continuent d’être, qu’elles soient à l’état actif ou dormant. Ceux qui ont été réclamés dans votre cœur resteront dans votre cœur. Ceux qui sont encore déniés attendent d’être réclamés, car vous ne pouvez vous en débarrasser. Tel est le pouvoir inscrit dans la création des relations fondamentales.

Permettez à la présence spirituelle de vos relations antérieures d’entrer dans votre champ conscient. Pensez à ces personnes, bénissez-les, apprenez d’elles et remerciez-les. Si vous le faites sincèrement, en ayant le courage de vous regarder en face et d’accepter votre séparation, vous serez à même de recevoir leur réponse. Cela affirmera votre vie spirituelle et la grandeur de la Connaissance qui vous habite. Cette Connaissance est en contact avec le monde et l’au-delà, simultanément. Elle reconnaît que les relations embrassent toutes les formes de présence. Ce sera pour vous une période d’émergence spirituelle et de confirmation en même temps qu’une période de maturité en relation. Faites face à votre souffrance, reconnaissez vos erreurs et prenez conscience de votre gratitude.

Si une personne a mis fin à sa vie, pardonnez-lui. Apprenez de sa vie. Vous auriez pu finir de la même manière dans des circonstances similaires et sous les mêmes influences. Sa vie est un enseignement et un avertissement à votre endroit. Apprenez de la situation. Soyez reconnaissant pour ce que vous avez appris. Pardonnez-lui d’être partie ainsi. Bénissez-la dans sa nouvelle entreprise. Demandez-lui que sa vie vous serve de telle sorte que vous pourrez servir les autres à votre tour. Car, à titre d’élève de la Connaissance, vous devez apprendre tant de l’échec que du succès. L’échec vous poussera en direction du succès, mais le succès vous rachètera. Ils ne sont aucunement de valeur égale, mais l’un entraîne l’autre.